21 IMCWP, Déclaration de solidarité avec le peuple chypriote

  "La liberté et la réunification de Chypre est un jalon contre l'agression impérialiste"


Nous affirmons qu'il faut sortir de l'impasse dans laquelle se trouve actuellement le problème chypriote. L'accord sur les termes de référence tels qu'ils ont été définis par le Secrétaire général des Nations Unies lui-même est nécessaire à la reprise d'un dialogue de fond, à la condition, bien entendu, que la Turquie mette fin aux initiatives conduisant à de nouvelles actions illégales. Nous soulignons que la réalisation d'une solution globale sur la base convenue d'une fédération bicommunautaire bizonale avec l'égalité politique telle qu'elle est prescrite par les résolutions pertinentes des Nations unies, avec le retrait des troupes d'occupation turques et la fin du traité de garantie, constitue la seule option viable pour libérer Chypre de l'occupation illégale de la Turquie et pour réunifier le pays et sa population. 

  • Nous regrettons que 45 ans après l'invasion illégale, l'occupation de 37 % de Chypre se poursuive en violation flagrante du droit international et espérons que le processus, avec le soutien du Secrétaire général des Nations Unies, reprendra dès que possible.       
  • Nous rappelons que le problème chypriote est le résultat d'interventions étrangères et d'agressions impérialistes. Le coup d'Etat planifié en 1974 par la CIA, l'OTAN et leurs alliés et organisé par la junte grecque et leurs collaborateurs fascistes locaux EOKA B, a servi de prétexte à la réalisation des plans expansionnistes de la Turquie à Chypre.
    Nous réaffirmons que la solution du problème chypriote doit résoudre l'illégalité internationale de l'invasion et de la poursuite de l'occupation illégale, et doit rétablir les relations entre les deux communautés chypriotes.
  • Nous réaffirmons que la fédération bicommunautaire et bizonale avec l'égalité politique, telle qu'elle est prescrite dans les résolutions pertinentes des Nations unies et dans les accords de haut niveau, est approuvée et qu'elle prévoit le rétablissement et le respect des droits de l'homme de tous les Chypriotes, et qu'elle sera fondée sur le droit international et l'acquis européen.
  • Nous rappelons que la Chypre fédérale sera un État réunifié, avec une souveraineté unique, une personnalité juridique internationale unique et une citoyenneté unique, un État véritablement indépendant dans lequel aucun tiers ne pourra intervenir, ce qui signifie que le traité de garantie anachronique de 1960 doit être abrogé, tout droit d'intervention étrangère doit être exclu et les forces d'occupation de la Turquie doivent se retirer complètement.
  • Nous soulignons que le statu quo n'est pas statique, mais qu'il est constamment transformé négativement, renforçant les aspirations et les objectifs à long terme de la Turquie contre Chypre et la division permanente de Chypre et de son peuple. Nous rappelons également que la solution globale du problème chypriote est une condition préalable nécessaire à la démilitarisation de l'île, aux luttes de classes communes et à une transformation socialiste future.

Les partis communiste et ouvrier signant la présente déclaration :

  1. Expriment leur ferme soutien à l'accord sur le mandat qui sera composé de la Déclaration commune des dirigeants de 2014, les convergences réalisées jusqu'à la Conférence de 2017 à Crans Montana et le cadre de Gutierrez pour la reprise des négociations de fond. À cette fin, les dirigeants des deux communautés chypriotes ont un rôle crucial à jouer. 
  2. Dénoncent les actions illégales de la Turquie dans la zone économique exclusive de la République de Chypre et les initiatives qu'elle prévoit à Varosha en violation des résolutions 550 et 789 du Conseil de sécurité des Nations Unies.  Ils demandent à la Turquie d'abandonner sa position intransigeante de longue date à l'égard de Chypre et de s'engager à retirer son armée de la République de Chypre, à abolir les garanties étrangères et tout droit d'intervention étrangère, comme le prévoit le cadre du Secrétaire général des Nations unies.
  3. Exigent la solution du problème chypriote sur la base convenue et conformément au droit international et aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, le plus rapidement possible. La perpétuation du statu quo ou le départ de la fédération bicommunautaire et bizonale, comme convenu, conduira à la partition permanente de Chypre.
  4. Demandent à la communauté internationale de faire face de manière décisive aux actions illégales de la Turquie, par lesquelles elle prévoit de créer de nouveaux faits accomplis sur le terrain et d'empêcher la reprise des négociations de fond.
  5. Expriment leur solidarité et leur soutien à la lutte du peuple chypriote pour la libération et la réunification de son pays.

LE COMITÉ CENTRAL D'AKEL - OCTOBRE 2019
Veuillez retourner à la délégation de l'AKEL
 
Déclaration de solidarité avec le peuple chypriote
 "La liberté et la réunification de Chypre est un jalon contre l'agression impérialiste"
DANS LE CADRE DU 21E PIMCWP, IZMIR 18-20 OCTOBRE 2019

Argentine - Parti communiste d'Argentine
Azerbaïdjan - Parti communiste d'Azerbaïdjan
Bahreïn - Tribune démocratique progressiste
Bangladesh - Parti communiste du Bangladesh
Bangladesh - Parti des travailleurs du Bangladesh
Belgique - Parti communiste de Belgique
Belgique - Parti du Travail de Belgique
Brésil - Parti communiste du Brésil (PCdoB)
Brésil - Parti communiste brésilien (PCB)
Grande-Bretagne - Parti communiste de Grande-Bretagne
Canada - Parti communiste du Canada
Croatie - Parti socialiste ouvrier de Croatie
Cuba - Parti communiste de Cuba
République tchèque - Parti communiste de Bohême et de Moravie
Chypre - Parti progressiste des travailleurs (AKEL)
Danemark - Parti communiste au Danemark
Allemagne - Parti communiste allemand (DKP)
France - Parti communiste français (PCF)
Hongrie - Parti des travailleurs hongrois
Finlande - Partie communiste de Finlande
Inde - Parti communiste d'Inde
Inde - Parti communiste d'Inde (M)
Irak - Parti communiste irakien
Irak - Parti communiste du Kurdistan irakien
Iran - Parti Tudeh d'Iran
Israël - Parti communiste d'Israël
Italie - Parti communiste italien
Jordanie - Parti communiste jordanien
Liban - Parti communiste libanais
Lituanie - Parti socialiste de Lituanie
Luxembourg - Parti communiste luxembourgeois
Macédoine du Nord - Parti communiste de Macédoine
Mexique - Parti communiste du Mexique
Népal - Parti communiste du Népal
Pakistan - Parti communiste du Pakistan
Palestine - Parti communiste palestinien
Palestine - Parti populaire palestinien (PPP)
Philippines - Parti communiste philippin (PKP-1930)
Portugal - Parti communiste portugais
Russie - Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF)
Russie - Parti communiste de l'Union soviétique (RCWP-CPSU)
Serbie - Communistes de Serbie
Serbie - Nouveau Parti communiste de Yougoslavie
Afrique du Sud - Parti communiste sud-africain (SACP)
Espagne - Parti communiste espagnol (PCE)
Espagne - Parti communiste de Catalogne
Espagne - Parti communiste des peuples d'Espagne (PCPE)
Espagne - Parti communiste des travailleurs d'Espagne (PCTE)
Sri Lanka - Parti communiste du Sri Lanka
Swaziland - Parti communiste du Swaziland
Syrie - Parti communiste unifié de Syrie
Ukraine - Parti communiste d'Ukraine
Uruguay - Parti communiste d'Uruguay
États-Unis - Parti communiste des États-Unis
Venezuela - Parti communiste du Venezuela

cf. http://solidnet.org/article/21-IMCWP-Solidarity-Statement-with-the-people-of-Cyprus/

Lire la suite

ImprimerE-mail

21 IMCWP, Démasquer l'impérialisme vert

Il est très alarmant que le réchauffement climatique causé par le capitalisme, les grandes entreprises et les actions humaines avides menacent de nous entraîner dans un cercle vicieux qui conduira à la fonte des calottes glaciaires et du permafrost. En conséquence, la grande partie de la terre changera de sorte qu'elle deviendra inhabitable pour les humains ainsi que pour de nombreuses espèces animales et végétales. 

Le changement climatique fait partie d'une crise environnementale mondiale plus fondamentale. Cette crise environnementale est avant tout le résultat du système social capitaliste et de l'industrialisation qui lui est associée. Le " capitalisme fossile " a eu un impact décisif sur le climat en accélérant massivement les émissions de carbone.

La crise environnementale comporte de nombreux aspects, notamment le changement climatique et le réchauffement climatique, la perte de biodiversité et l'extinction des espèces, la pollution de l'eau, de l'air et du sol, les problèmes de déchets, la déforestation et la surconsommation des ressources naturelles. Tous ces facteurs ont un impact les uns sur les autres et, pris ensemble, ils constituent la crise environnementale.

Le socialisme est la clé pour résoudre la crise environnementale.

Nous devons commencer à agir dès maintenant afin de ralentir le changement climatique à un niveau acceptable pour l'humanité et de nous attaquer à d'autres problèmes urgents. Dans les luttes pour l'environnement, il est maintenant nécessaire d'agir contre la recherche de profits en capital. La confiance dans la capacité des marchés à faire face à des crises aiguës s'est érodée et les gens veulent une intervention. Les militants internationaux de l'environnement et les écologistes exigent un changement de système. Cet objectif met en lumière la nécessité d'un changement vers le socialisme et ouvre de nouvelles voies pour la coopération entre le mouvement écologiste, les forces progressistes et les communistes. En inversant les politiques et en imposant des contraintes radicales aux grands capitaux, la destruction de l'environnement peut être considérablement freinée. 

Démasquer l'impérialisme vert - CAMPAGNE

La phase actuelle de l'étape impérialiste du capitalisme peut être qualifiée d'"impérialisme vert". La notion d'impérialisme vert mérite d'être soulignée parce qu'elle est un exemple insidieux de la capacité du capitalisme à capturer les "bonnes" choses pour se servir. 

L'impérialisme vert signifie que l'hégémonie de la puissance capitaliste utilise la crise environnementale qu'elle a auto-entretenue comme une justification et un outil pour sa propre politique impérialiste. Afin de maintenir sa position dans un monde en mutation, elle utilise la protection de l'environnement comme prétexte pour maintenir les structures néocoloniales. En même temps, l'hégémonie capitaliste a capitalisé le mouvement environnemental dit "vert" et en a fait son propre outil impuissant dont le principe est de générer des profits pour le système actuel. Ce mouvement "vert" n'accepte que des moyens de lutte contre la crise environnementale qui ne sapent pas le système social capitaliste qui est à l'origine de la crise. Parce que le mouvement écologiste "vert" actuel est dangereusement empoisonné par cet impérialisme, nous avons besoin d'un "mouvement environnemental prolétarien" véritablement anticapitaliste et socialiste. Ce mouvement doit être créé pour que nous disposions d'un outil puissant capable de résoudre à la fois la crise environnementale mondiale et la servitude du prolétariat.

Nous qui avons signé cet appel "Démasquez l'impérialisme vert", nous travaillerons main dans la main avec les jeunes qui s'inquiètent de l'avenir de notre planète. Sur la page web de l'appel et à l'aide de nos différents outils politiques, nous démasquerons les crimes environnementaux au niveau local et international. Avec cet appel, nous travaillons à construire un mouvement écologiste prolétarien et un réseau anti-impérialiste mondial pour une politique environnementale radicale au service de toute la classe ouvrière et de l'humanité. 

Les participants sont invités à se joindre aux pages d'appel d'Instagram et de FaceBook pour documenter les crimes environnementaux locaux et les politiques qui oppriment la population et la nature et les signaler en utilisant hastag #unmaskgreenimperialism 

Démasquer l'impérialisme vert a une page web officielle www.skp.fi/UnMaskgreenImperialism Nous publierons des articles qui démasquent l'impérialisme vert. Veuillez envoyer vos articles et documents à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Le Parti communiste finlandais recueille les signatures et édite la campagne pour toute l'année 2020.

 

SIGNATURES

Tribune démocratique progressiste, Bahreïn

Parti communiste du Bangladesh 

Parti des travailleurs du Bangladesh

Parti communiste de Belgique

Parti communiste brésilien

Parti socialiste ouvrier de Croatie

AKEL, Chypre

Parti communiste de Bohême et de Moravie

Parti communiste de Finlande

Parti des travailleurs hongrois

Parti communiste de l'Inde

Parti communiste irakien

Parti communiste du Kurdistan-Iraq

Parti communiste d'Israël

Parti communiste italien

Parti socialiste ouvrier de Croatie

Parti socialiste, Lituanie

Parti communiste du Pakistan

Parti communiste palestinien

Parti communiste de la Fédération de Russie

Nouveau Parti communiste de Serbie

Parti communiste de Serbie

Parti communiste des peuples d'Espagne

Communistes de Catalogne

Parti communiste du Sri Lanka

Parti communiste d'Ukraine

Parti communiste de l'Uruguay

Parti communiste du Venezuela

Lire la suite

ImprimerE-mail

21 IMCWP, La lutte contre le fascisme est la tâche commune d'aujourd'hui !

Déclaration de la XXIe réunion internationale des partis communistes et ouvriers à Izmir du 18 au 20 octobre 2019
La lutte contre le fascisme est la tâche commune d'aujourd'hui !

Les partis communistes et ouvriers participant à la réunion soutiennent la lutte antifasciste des travailleurs du Donbass, contre lesquels le régime nationaliste ukrainien actuel (avec le soutien de l'impérialisme (les Etats-Unis et l'UE)) mène actuellement des opérations punitives lors de la guerre civile. Les hommes tuent parce qu'ils veulent parler dans leur langue russe natale, ils ne veulent pas reconnaître comme héros les complices des fascistes d'Hitler, ils ne veulent pas détruire les monuments soviétiques et ils ne veulent pas rompre les liens avec la Russie.
Nous déclarons notre protestation catégorique contre la montée du nazisme et notre volonté déterminée de lutter contre la résurgence de la peste brune.
En même temps, les communistes déclarent une fois de plus que pour mettre fin au fascisme, on ne peut se débarrasser du capitalisme que pour toujours.
Nous consacrerons toutes nos activités et nos vies à cette lutte.
Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Motion soumise par le SKU, RKRP,
18-20 octobre 2019 Turquie, Izmir
 
Signataires
Parti communiste d'Azerbaïdjan
Tribune démocratique progressiste, Bahreïn
Parti communiste du Bangladesh
Parti communiste de Belgique
Parti communiste brésilien
Parti communiste du Canada
Parti socialiste ouvrier de Croatie
Parti communiste de Bohême et de Moravie
Parti communiste du Danemark
Parti communiste au Danemark
Parti communiste unifié de Géorgie
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs hongrois
Parti communiste irakien
Parti communiste du Kurdistan-Iraq
Parti communiste d'Israël
Parti communiste italien
Parti du Travail de Corée
Vladimir Frolov, Président du Parti socialiste de Lettonie
Parti socialiste, Lituanie
Parti communiste du Mexique
Parti communiste de Norvège
Parti communiste palestinien
Parti communiste de l'Union soviétique
Parti communiste ouvrier russe
Parti communiste de la Fédération de Russie
Nouveau Parti communiste de Yougoslavie
Communistes de Serbie
Parti communiste sud-africain
Parti communiste des travailleurs d'Espagne
Parti communiste des peuples d'Espagne
Communistes de Catalogne
Parti communiste du Sri Lanka
Parti communiste de Suède
Parti communiste de Turquie
Parti communiste d'Ukraine
Union des communistes d'Ukraine
Parti communiste de l'Uruguay
Parti communiste du Venezuela
La déclaration de solidarité est ouverte à d'autres souscriptions

cf. http://solidnet.org/article/21-IMCWP-The-fight-against-fascism-is-the-common-task-of-today/

Lire la suite

ImprimerE-mail

21 IMCWP, RÉSOLUTION DE SOLIDARITÉ AVEC CUBA

Les partis participant à la 21e Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers expriment leur ferme solidarité avec Cuba face à l'attaque impérialiste du gouvernement américain. 

Nous condamnons les mesures prises par l'Administration Trump pour renforcer encore le blocus économique, financier et commercial contre Cuba, qui viole le droit international et constitue la violation massive la plus flagrante des droits de ses citoyens et le principal obstacle au développement économique et social de cette nation. 

Nous condamnons fermement les actes de harcèlement financier contre Cuba, la loi Helms-Burton, la mise en œuvre des titres III et IV de cette loi, les tentatives visant à empêcher le peuple cubain de recevoir le carburant dont il a besoin pour son économie, les complots subversifs visant principalement les nouvelles générations et la campagne de diffamation contre la coopération médicale de Cuba avec des dizaines de pays au profit de leurs populations. 

Nous reconnaissons l'engagement du peuple cubain, du Parti communiste et du gouvernement révolutionnaire cubain à résister, combattre et surmonter l'agression impérialiste croissante et à garantir, même dans ces circonstances, le développement de la société socialiste. 

Nous réaffirmons notre détermination à mener des actions permanentes et systématiques pour soutenir le peuple cubain résilient et à participer activement à la campagne internationale de solidarité "Bas les pattes de Cuba".

A bas le blocus ! 

Vive la révolution cubaine !

 

Signé par

Tribune démocratique progressiste, Bahreïn

Parti communiste du Bangladesh 

Parti communiste de Belgique

Parti du Travail de Belgique

Parti communiste brésilien

Parti communiste de Grande-Bretagne

Parti communiste du Canada

Parti socialiste ouvrier de Croatie

AKEL, Chypre

Parti communiste de Bohême et de Moravie

Parti communiste au Danemark

Parti communiste de Finlande

Parti communiste français

Parti communiste allemand

Parti communiste de Grèce

Parti des travailleurs hongrois

Parti communiste irakien

Parti communiste du Kurdistan-Iraq

Parti communiste d'Israël

Parti communiste italien

Parti du Travail de Corée

Parti communiste palestinien

Parti communiste du Pakistan

Parti communiste portugais

Parti communiste de la Fédération de Russie

Nouveau Parti communiste de Yougoslavie

Communistes de Serbie

Parti communiste du Sri Lanka

Parti communiste des peuples d'Espagne

Communistes de Catalogne

Parti communiste de Turquie

Parti communiste d'Ukraine

Parti communiste de l'Uruguay

Parti communiste des États-Unis

Parti communiste du Venezuela

Lire la suite

ImprimerE-mail

21 IMCWP, MOTION CONTRE L'ANTICOMMUNISME EN EUROPE / MOTIE TEGEN ANTI-COMMUNISME IN EUROPA

[FR] Les partis communistes et ouvriers participant à la 21e Rencontre Internationale des Partis Communistes et Ouvriers, qui s'est tenu à Izmir, Turquie, compte tenu de l'approbation récente d'une motion anticommuniste au Parlement européen, expriment ce qui suit :
Cette résolution est inacceptable pour plusieurs raisons. Tout d'abord, à cause de son équation du communisme avec le fascisme sous le terme commun et faux de "totalitarisme".
Il n'est pas possible de mettre sur un pied d'égalité l'idéologie de la libération de la classe ouvrière et de l'humanité entière avec l'idéologie qui défend le plus clairement l'exploitation capitaliste.
Nous ne pouvons accepter une telle équation parce que ce sont les communistes qui ont été la force clé dans la défaite des forces fascistes nazies pendant la Seconde Guerre mondiale. Le communisme reste encore aujourd'hui la principale force qui s'oppose à la montée nazie-fasciste.
Cette motion est l'une des nombreuses tentatives de réécrire l'histoire et de calomnier le rôle des communistes et en particulier de l'Union soviétique, principalement dans le but d'influencer la conscience des jeunes.
Cette proposition est inacceptable parce qu'elle défend la répression des communistes dans les pays européens qui sont victimes de persécutions légales, d'une interdiction de leurs activités et d'une criminalisation.
Nous n'acceptons aucune interdiction ou persécution contre les partis communistes et ouvriers dans aucun pays.
Nous exprimons notre soutien total aux communistes dans les pays où leur activité est illégale ou menacée d'illégalisation, comme le Parti communiste de Pologne, qui est confronté depuis des années à une persécution légale inacceptable.
 

[NL]De Communistische en Arbeiderspartijen die deelnemen aan de 21e Internationale Bijeenkomst van Communistische en Arbeiderspartijen, gehouden in Izmir, Turkije, met het oog op de recente goedkeuring van een anti-communistische motie in het Europees Parlement, verklaren het volgende:

Deze resolutie is om verschillende redenen onaanvaardbaar. In de eerste plaats vanwege de vergelijking van communisme met fascisme onder de
"gemeenschappelijke" maar totaal foute term "totalitarisme".
Het is niet mogelijk om de ideologie van de bevrijding van de arbeidersklasse en van de hele mensheid op gelijke voet te stellen met de ideologie die duidelijk de kapitalistische uitbuiting verdedigt.
We kunnen zo'n vergelijking niet accepteren, omdat het de communisten waren die de BESLISSENDE factor waren in de nederlaag van fascistische nazi-strijdkrachten tijdens de Tweede Wereldoorlog. Communisme blijft vandaag de belangrijkste kracht die de nazi-fascistische opkomst bestrijdt.
Deze motie is een van de vele pogingen om de geschiedenis te herschrijven en de rol van communisten, vooral de Sovjetunie, te belasteren, vooral om het bewustzijn van jongeren te beïnvloeden.
Dit voorstel is onaanvaardbaar omdat het de onderdrukking van communisten verdedigt in Europese landen waar ze het slachtoffer zijn van juridische vervolging, van een verbod op hun activiteiten en van een criminalisering.
Wij aanvaarden geen enkel verbod op, of vervolging van communistische en arbeiderspartijen in geen enkel land.
Wij betuigen onze volledige steun aan communisten in landen waar hun activiteiten illegaal zijn of waar ze met illegaliteit worden bedreigd, zoals de Communistische Partij van Polen, die al jaren wordt geconfronteerd met onaanvaardbare juridische vervolging.

Signataires :
Parti algérien pour la démocratie et le socialisme
Parti communiste d'Australie
Tribune démocratique progressiste, Bahreïn
Parti communiste du Bangladesh
Parti communiste de Belgique
Parti communiste brésilien
Parti communiste de Grande-Bretagne
Parti communiste du Canada
Parti socialiste ouvrier de Croatie
Parti communiste de Cuba
AKEL, Chypre
Parti communiste de Bohême et de Moravie
Parti communiste au Danemark
Parti communiste du Danemark
Parti communiste du Salvador
Parti communiste de Finlande
Parti communiste français
Parti communiste unifié de Géorgie
Parti communiste allemand
Parti communiste de Grèce
Parti communiste de Finlande
Parti des travailleurs hongrois
Parti communiste de l'Inde
Parti Tudeh d'Iran
Parti communiste irakien
Parti communiste du Kurdistan-Iraq
Parti des travailleurs d'Irlande
Parti communiste d'Israël
Parti communiste italien
Parti communiste, Italie
Parti communiste libanais
Parti socialiste, Lituanie
Parti communiste luxembourgeois
Parti communiste du Mexique
Parti communiste népalais
Nouveau Parti communiste des Pays-Bas
Parti communiste de Macédoine, Macédoine du Nord
Parti communiste de Norvège
Parti communiste du Pakistan
Parti communiste palestinien
Parti du peuple palestinien
Parti communiste paraguayen
Parti communiste portugais
Parti communiste de la Fédération de Russie
Parti communiste de l'Union soviétique
Nouveau Parti communiste de Yougoslavie
Parti des communistes de Serbie
Parti communiste sud-africain
Parti communiste d'Espagne
Parti communiste des travailleurs d'Espagne
Parti communiste des peuples d'Espagne
Communistes de Catalogne
Parti communiste du Sri Lanka
Parti communiste d'Ukraine
Union des communistes d'Ukraine
Parti communiste de l'Uruguay
Parti communiste des États-Unis
Parti communiste du Venezuela

cf. http://solidnet.org/article/21-IMCWP-MOTION-AGAINST-ANTI-COMMUNISM-IN-EUROPE/

Lire la suite

ImprimerE-mail

21 IMCWP, Motion du TKP

 

Au nom des partis communistes et ouvriers réunis à Izmir à l'occasion de la 21e réunion internationale des partis communistes et ouvriers, nous condamnons fermement l'opération militaire du gouvernement et des forces armées turcs lancée le 10 octobre au nord-est de la Syrie, avec leur armée de facto, les milices pillards de djihadistes, la soi-disant armée syrienne libre, qui a été alimentée par les États du Golfe, la Turquie et les États-Unis et a joué un rôle dans la dévastation du pays depuis le début de la guerre en Syrie.

 

Tout d'abord, nous considérons l'opération comme une intervention violant la souveraineté et l'indépendance d'un pays. L'opération n'est pas un acte en soi, mais est le reflet du chaos et de l'impasse que l'impérialisme a créés dans la région au cours des 8 dernières années. Nous dénonçons toutes les négociations et transactions secrètes conclues dans le dos du peuple, entre impérialistes, gouvernements bourgeois ou autres acteurs politiques qui collaborent ou se concilient avec eux.

 

Nous savons bien que les interventions et les guerres sont les solutions auxquelles recourt l'impérialisme, soit pour atteindre de plus grandes zones d'influence et des ressources à exploiter, soit pour surmonter les crises ou les conflits sociaux et économiques dus à la concurrence, qui sont les résultats inévitables d'un ordre fondé sur les intérêts des monopoles et l'exploitation. Ils décrivent clairement le côté barbare de l'impérialisme, qui n'hésite pas à employer et à élever des gangs réactionnaires fondamentalistes à des sales fins pour ensuite inciter les populations à lutter contre de tels monstres incontrôlables. Dans ce cas, la Turquie, dont la bourgeoisie a l'ambition de monter dans la hiérarchie impérialiste et compte exploiter les ressources naturelles et humaines de la région, a fourni le soutien et le consentement principaux à cette opération militaire.

 

De plus, ces interventions ont des conséquences irréversibles, irréparables et dévastatrices sur toutes les valeurs créées par l'humanité, détruisant la vie des personnes, des ressources et du patrimoine historique, qui est universel. Cette opération est illégitime dans tous les sens du terme.

 

Nous notons et dénonçons également que l'intervention a entraîné une sorte d'état d'urgence en Turquie que le gouvernement exploite pour renforcer le niveau de l'autoritarisme, provoquer le nationalisme et l'hostilité et opprimer tous ceux qui s'opposent aux actes du gouvernement.

 

En toute solidarité, nous déclarons être des amis du peuple travailleur de la Syrie, indépendamment de leur origine ethnique ou nationale. Nous défendrons toujours les droits du peuple syrien de vivre dans un pays indépendant, souverain et doté d‘une intégrité territoriale. C'est le droit et le devoir du peuple travailleur de la Syrie de transformer leur pays en un pays libre et égalitaire. Tous les autres pays ayant leurs forces armées et leurs bases doivent immédiatement quitter la Syrie.

 

Nous appelons toutes les forces étrangères occupantes: Laissez la Syrie tranquille!

cf. http://solidnet.org/article/21-IMCWP-Motion-of-TKP/

Lire la suite

ImprimerE-mail

21 IMCWP, "Renforcer la lutte anti-impérialiste"

Les travailleurs et les peuples sont confrontés à l'intensification de l'offensive impérialiste qui attaque directement les droits du travail, les droits sociaux et autres droits de l'homme, attaque les droits démocratiques et souverains des peuples, approfondit le militarisme, la guerre et l'ingérence et encourage les forces réactionnaires et fascistes.
Dans ce contexte, les partis communistes et ouvriers, participants de la 21e Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers, tenue à Izmir, Turquie, les 18, 19 et 20 octobre :
Expriment leur solidarité avec la lutte des travailleurs et des peuples et avec les forces et mouvements populaires et anti-impérialistes qui résistent aux attaques de l'impérialisme.
Expriment leur solidarité avec les initiatives qui renforcent l'objectif d'affronter l'impérialisme et de renforcer la lutte pour un monde de progrès et de justice sociale, écologiquement durable, de paix et de coopération, comme les exemples, entre autres, de la Réunion de solidarité anti-impérialiste, pour la démocratie et contre le néolibéralisme qui aura lieu à la Havane, Cuba, en novembre, ou l'initiative de l'Assemblée mondiale des peuples pour transformer la dernière semaine de mai 2020 en semaine mondiale anti-impérialiste de lutte.
 
Parties signataires :
Parti communiste argentin
Parti communiste d'Australie
Parti communiste du Bangladesh
Parti des travailleurs du Bangladesh
Tribune démocratique progressiste - Bahreïn
Parti du Travail de Belgique
Parti communiste de Belgique
Parti communiste de Grande-Bretagne
Parti communiste brésilien
Parti communiste du Brésil
Parti communiste du Canada
Communistes de Catalogne
Parti socialiste ouvrier de Croatie
AKEL - Chypre
Parti communiste de Cuba
Parti communiste de Bohême et de Moravie
Parti communiste au Danemark
Parti communiste du Salvador
Parti communiste de Finlande
Parti communiste français
Parti communiste allemand
Parti des travailleurs hongrois
Parti communiste de l'Inde
Parti communiste de l'Inde (marxiste)
Parti Tudeh d'Iran
Parti communiste irakien
Parti communiste du Kurdistan-Iraq
Parti communiste d'Israël
Parti communiste italien
Parti communiste (Italie)
Parti communiste jordanien
Parti du Travail de Corée
Parti communiste libanais
Parti communiste népalais
Parti communiste palestinien
Parti du peuple palestinien
Parti communiste du Pakistan
Parti communiste paraguayen
Parti communiste portugais
Parti communiste de la Fédération de Russie
Parti communiste de l'Union soviétique
Nouveau Parti communiste de Yougoslavie
Communistes de Serbie
Parti communiste syrien (unifié)
Parti communiste d'Espagne
Parti communiste des peuples d'Espagne
Parti communiste sud-africain
Parti communiste du Sri Lanka
Parti communiste de Turquie
Parti communiste de l'Uruguay
Partie communiste de l'Ukraine
Union des communistes d'Ukraine
Parti communiste des États-Unis
Parti communiste du Venezuela
Parti communiste du Vietnam

Lire la suite

ImprimerE-mail