Note du Comité Central du PCB à propos des élections du 26 mai 2019 / Nota van het Centraal Comité van de Communistische Partij van België met betrekking tot de verkiezingen van 26 mei 2019

Le comité central du Parti Communiste de Belgique a analysé les résultats de la triple élection en Belgique du 26 mai 2019.

En premier lieu, nous souhaitons remercier et féliciter tous les camarades qui se sont engagés comme candidats au nom du parti et qui ont porté notre message de renforcement des luttes vers le socialisme. Nous remercions aussi tous les membres et les sympathisants qui nous ont grandement aidés durant la campagne électorale. Nous souhaitons également remercier les milliers de personnes qui ont accordé leur voix au programme du Parti Communiste. Nous avons triplé notre résultat obtenu par nos candidats au terme des élections communales et provinciales alors que nous ne présentions pas exactement dans les mêmes circonscriptions en 2018 qu’en 2019. Nous avions ainsi opté de nous présenter là où nous estimions être le plus utile pour le renforcement de la conscience de classe. Nous nous présentions sous notre propre sigle dans le Hainaut tandis que nous avions un accord avec le PTB pour présenter des candidats sur ses listes en province de Liège et du Luxembourg.

Le résultat encourageant obtenu ce 26 mai est le point de départ pour l’implantation du parti parmi les travailleurs dans les quartiers et les entreprises et montre la justesse des positions adoptées lors de notre 36e congrès.

Nous ne pouvons cependant pas négliger la progression du fascisme qui est le fruit de décennies de politiques antisociales, antipopulaires et antiouvrières. Le gouvernement en place lors des 5 dernières années a continué le travail préparatoire du gouvernement "papillon" et amplifié les attaques contre les droits des travailleurs (recul de l’âge de la pension, saut d’index, blocage des salaires, flexibilisation du travail, attaques contre le droit de grève…) et sa politique raciste (discours de haine, organisation de razzias contre les migrants, enfermement d’enfants dans les centres fermés…) a contribué au renforcement de l’extrême-droite qui ne sera jamais la voie de l’émancipation des travailleurs mais bien l'expression directe de la pire dictature du capital.

Le danger que représente la percée du Vlaams Belang et la présence non négligeable de partis fascistes en Wallonie ne pourront cependant être endigués par un front « démocratique » qui n’aura pour objectif que la défense de la démocratie bourgeoise. Les partis bourgeois et l’extrême-droite sont en effet les deux faces d’une même pièce et quel que sera le gouvernement qui sortira, il sera au service des intérêts du patronat et du capital et visera à écraser et exploiter davantage la classe ouvrière. L'Histoire l'a prouvé déjà à de multiples reprises. Quelle que sera la future coalition multicolore au pouvoir, elle s’accordera pour atteindre les objectifs impératifs des traités d’austérité européen, dont le TSCG, à hauteur de 11 milliards pour 2022. Ce choix politique qui conduira à la réduction drastique des dépenses sociales ne vise qu’à faire payer la crise du système capitaliste par les travailleurs.

Il est évident que les travailleurs ne sont pas responsables de la crise dans laquelle ils sont plongés. Le Comité Central du PCB estime ainsi qu’une de ses principales tâches dans les prochains mois sera la conscientisation des travailleurs aussi bien au Nord qu’au Sud du Pays de la nécessité de s'unir pour renverser ce système pourri.

Nous appelons les travailleurs, la jeunesse populaire, les retraités à rejoindre le Parti Communiste et à s’unir dès maintenant dans un front antifasciste, anticapitaliste, anti impérialiste, pour le socialisme et la paix ! 

 

Nota van het Centraal Comité van de Communistische Partij van België met betrekking tot de verkiezingen van 26 mei 2019

Het Centraal Comité van de Communistische Partij van België heeft de resultaten van de drievoudige verkiezingen in België op 26 mei 2019 geanalyseerd

In de eerste plaats willen we alle kameraden bedanken en feliciteren die zich namens de partij als kandidaten hebben ingezet en die onze boodschap van versterking van de strijd naar het socialisme hebben gedragen. We danken ook alle leden en sympatisanten die ons veel geholpen hebben tijdens de verkiezingscampagne. We willen ook de duizenden mensen bedanken die hun stem hebben gegeven aan het programma van de Communistische Partij. We hebben de resultaten van onze kandidaten van de gemeenteraadsverkiezingen en provinciale verkiezingen uiteindelijk verdrievoudigd, ofschoon we ons in 2018 niet precies in dezelfde kiesdistricten presenteerden als in 2019. We hadden er daarom voor gekozen om onszelf daar voor te stellen waar we dachten dat dit het nuttigst zou zijn voor de versterking van het klassenbewustzijn. We presenteerden ons onder ons eigen logo in Henegouwen terwijl we een overeenkomst hadden met de PVDA om kandidaten voor te stellen op haar lijsten in de provincies Luik en Luxemburg.

Het bemoedigende resultaat verkregen op 26 mei is het startpunt voor de vestiging van de partij onder de werkers in de buurten en bedrijven en toont de juistheid van de standpunten aangenomen op ons 36ste congres.

We kunnen echter de vooruitgang van het fascisme niet negeren, die het resultaat is van tientallen jaren van antisociaal, antivolks en anti-werkers beleid. De afgelopen vijf jaar heeft de regering het voorbereidende werk voortgezet van de 'vlinder'-regering en de aanvallen op de rechten van werknemers versterkt (verlaging van pensioengerechtigde leeftijd, indexsprong, loonbevriezing, flexibilisering van het werk, aanvallen tegen het stakingsrecht ...). Deze politiek alsmede zijn racistische beleid (haatdragende taal, organiseren van aanvallen tegen migranten, opsluiting van kinderen in gesloten centra ...) heeft bijgedragen aan de versterking van extreemrechts dat nooit kan leiden tot de emancipatie van de werkers, maar de directe uitdrukking is van de ergste dictatuur van het kapitaal.

Het gevaar dat wordt gevormd door de doorbraak van het Vlaams Belang en de niet onaanzienlijke aanwezigheid van fascistische partijen in Wallonië, kan echter niet worden ingeperkt door een 'democratisch' front dat alleen gericht is op de verdediging van de burgerlijke democratie. De burgerlijke partijen en extreem-rechts zijn inderdaad twee zijden van dezelfde medaille en welke regering er ook komt, het dient de belangen van werkgevers en kapitaal en zal ernaar streven de arbeidersklasse te verpletteren en verder uit te buiten. De geschiedenis heeft het al vele malen bewezen. Ongeacht de toekomstige veelkleurige coalitie aan de macht, zal zij instemmen met het bereiken van de dwingende doelstellingen van de Europese bezuinigingsverdragen, waaronder het "Europees Stabiliteitspact", voor een bedrag van 11 miljard voor 2022. Deze politieke keuze die zal leiden tot een drastische vermindering van de sociale uitgaven heeft alleen als doel de crisis van het kapitalistische systeem door de werkers te laten betalen .

Het is duidelijk dat de werkers niet verantwoordelijk zijn voor de crisis waarin ze terecht gekomen zijn. Het Centraal Comité van de CPB gelooft dat een van zijn hoofdtaken in de komende maanden zal zijn, de werkers in zowel het noorden als het zuiden van het land bewust te maken van de noodzaak zich te verenigen om dit rotte systeem omver te werpen.

We roepen de werkers, de jongeren, de gepensioneerden op om lid te worden van de Communistische Partij en zich nu te verenigen in een antifascistisch, anti-kapitalistisch, anti-imperialistisch front voor socialisme en vrede!

 

 

 

Lire la suite

ImprimerE-mail

Programme électoral du Parti Communiste de Belgique tiré du 36e congrès

 

Le Parti Communiste de Belgique sera présent au niveau fédéral et régional lors des élections législatives et régionales du 26 mai avec un programme de renforcement des luttes pour le socialisme et l’appropriation par la classe ouvrière des grands moyens de production et d’échange. Le programme électoral est essentiellement basé sur des résolutions adoptées par le 36e congrès tenu le 30 juin 2018, les 30 mars et 27 avril 2019.

Nos candidats.

En Province de Liège et dans le Luxembourg, comme au scrutin communal de novembre 2018, la fédération de Liège a maintenu un accord électoral avec le Parti du Travail de Belgique (PTB). Ses candidats sont donc présents sur la liste 12 : Julien Hannotte, secrétaire politique du Parti, 3e suppléant à la chambre et en province du Luxembourg, Peter Maaswinkel est 1e suppléant au parlement fédéral. Pour les élections régionales, Marc Denonville est 3e effectif au parlement wallon dans l’arrondissement de Huy-Waremme. Dans les arrondissements de Verviers et Liège, ce sont Henri Bartholoméus (5e suppléant) et Fernande Servais, conseillère communale à Seraing (7e effective) qui représentent le Parti Communiste de Belgique.

Dans la circonscription régionale du centre, Marcel Couteau, ancien député du PCB et ex-bourgmestre du Roeulx est dernier suppléant sur les listes du PTB.

Le PCB se présente aussi sur des listes propres dans d'autres régions. Au Hainaut, la liste 22, pour le Parlement fédéral, sera emmenée par René Andersen, Secrétaire politique de la fédération de Charleroi et membre du Comité Central. Le PCB aura également une liste dans la circonscription régionale de Charleroi-Thuin.

Le PCB ne présente aucun candidat à l'Europe. Il fait toutefois campagne pour une Europe des Peuples, une Europe socialiste, dans la ligne de l’appel de l’initiative européenne des Partis Communistes et Ouvriers (disponible sur le site). En effet, confirmant le caractère non-réformable de l’UE (qui avait justifié le départ du PGE), le PCB estime que le retour à un État national bourgeois n’est pas non plus souhaitable, définissant ainsi la seule perspective possible : la lutte pour le socialisme.

Quel programme?

L'aggravation de la crise est une des caractéristiques de ces dernières années. Notre dernier congrès a réfléchi de façon responsable et approfondie sur cette question et constitue la base d'un programme électoral en phase avec les besoins actuels. Concernant la multiplication des plans de restructurations, la liquidation de l’emploi ( Proximus, NMLK…), les communistes soutiennent les revendications élaborées et exprimées par les ouvriers : la réduction collective du temps de travail ( à 30h/sem avec maintien du salaire et embauche compensatoire), l’abrogation de la Loi Peeters sur le travail « faisable et maniable », le refus des délocalisations ou encore le retrait de la loi de 96 sur la compétitivité des salaires...

A une époque où l'emploi devient précaire, il faut stopper la régression sociale. C'est dans ce but que les communistes réclament un blocage des prix et défendent les demandes syndicales d’augmentation du salaire minimum à 14 euros/h ainsi qu'une pension (à 60 ans) d'un montant minimum de 1500 euros. Le logement est évidemment une préoccupation majeure. A ce sujet, les communistes réclament le blocage des loyers, une mesure allant vers une nécessaire baisse de ceux-ci. Ils réclament aussi l'augmentation du nombre de logements sociaux (30% du parc immobilier dans les zones urbaines) et une aide au logement pour les plus démunis. Afin de faciliter ces mesures, il nous semble indispensable d'imposer les revenus des loyers et de mettre sur pied une banque publique pour financer le logement social.

Nous nous inscrivons évidemment dans la lutte pour la défense des services publics, seul moyen de rendre à chacun ses droits à la santé, la justice, l'enseignement...Par exemple, défense et promotion d’une école publique, laïque et démocratique, pour un enseignement totalement gratuit (primaires, secondaires, supérieurs et écoles de promotion sociale).

Pour réaliser ces avancées, il est indispensable de changer le système d'imposition : établir un cadastre des grandes fortunes, supprimer les intérêts notionnels, l'optimisation fiscale...

Sur le plan international, les communistes s'opposent aux guerres impérialistes, exigent la sortie de l’Otan et aident à reconstruire la solidarité internationale (fermeture des centres fermés entre autres).

Pour mieux vous informer, vous pouvez retrouver le programme complet du PCB ici plus bas :

Lire la suite

ImprimerE-mail

Le PCB répond favorablement à la demande de la CGSP AMiO

 

Le Parti Communiste de Belgique a répondu favorablement à la demande de CGSP AMiO à tous les partis de se positionner pour la défense des services publics et du statut de fonctionnaire.

 

"Chers camarades,

 

 

Réuni ce 27 avril 2019, le Comité Central du Parti Communiste de Belgique a examiné la motion de la CGSP AMiO. Le Parti Communiste a toujours défendu les services publics et les fonctionnaires, c'est pourquoi nous soutenons les revendications exprimées qui figurent par ailleurs dans notre programme.

 

 

Fraternellement,

 

Le Comité Central du Parti Communiste de Belgique"

Lire la suite

ImprimerE-mail

Discours prononcé par Julien Hannotte, secrétaire politique de la fédération de Liège du PCB, à l'occasion du 1er mai à l'occasion du 1er mai

Chers camarades, chers amis,

 

Cette année, c’est un 1er mai particulier à au moins deux titres. Premièrement nous sommes à la veille d’échéances électorales.

Ensuite et surtout, c’est la première fois depuis 30 ans que nous nous adressons à vous en tant que parti unitaire. C’est la première fois depuis 1989, que ce meeting du 1er mai est celui de tous les communistes du nord et du sud du pays, celui du Parti Communiste de Belgique, nom historique que nous avons repris lors de notre 36e congrès, après avoir dû lutter contre le réformisme et le régionalisme qui gangrenaient notre parti et l’entraînaient vers des positions contraires à l’unité des travailleurs.

La classe ouvrière a besoin de son parti, du Parti Communiste, partout en Belgique et il est là !

Car les travailleurs et travailleuses les chômeurs et autres personnes en situation précaire des trois régions et de toutes nationalités ont subi et subissent encore les politiques antipopulaires et antisociales des gouvernements bourgeois qu’ils soient libéraux ou socio-démocrates.

 Camarades, le Parti Communiste n’a pas attendu la fin de législature pour dénoncer et s’opposer à toutes les attaques contre les droits de travailleurs. Nous n’épargnons nos critiques à aucun parti bourgeois y compris sa frange prétendument sociale : nous n’oublions pas que c’est le Parti Socialiste qui a commencé à remettre en cause nos pensions avec le pacte des générations, qui a bradé nos entreprises publiques et la sidérurgie, qui a exclu des milliers de chômeurs.

L'alliance depuis 2014 entre le MR, le VLD et la N-VA a poursuivi et amplifié la liquidation de nos conquêtes sociales,

 Ils ont attaqué la jeunesse populaire en abaissant à 25 ans, l’âge maximum pour faire la demande de première demande d’allocation d’insertion, décision illégale

Ils ont attaqué le droit à la défense des plus faibles revenus, renforçant le caractère de classe de la justice.

Ils ont attaqué nos aînés en reportant l’âge de départ à la retraite à 67 ans, décision qui ne peut avoir qu’une seule réponse la pension à 1500 euros à 60 ans.

Ils s’en sont pris à la santé avec Maggie de Block qui veut nous épuiser au travail.

La présence du CD&V, prétendument l’aile sociale du gouvernement, n’a en rien atténué les mesures antipopulaires : la loi Peeters sur le modèle anglo-saxon flexibilise encore davantage le travail par l’annualisation du temps de travail. La loi sur le travail faisable et maniable n’est qu’en fait une loi qui nous rend taillable et corvéable en nous soumettant au patronat. Abrogation immédiate de la Loi Peeters.

Ils nous ont appauvri par le saut d’Index. Ils ont alors prétendu avec le tax shift nous rendre notre argent en diminuant notre salaire par la réduction des cotisations sociales.

Camarades, l’appel du 1er mai lancé par la fédération syndicale mondiale est placé sous le signe « les richesses n’appartiennent qu’à ceux qui les produisent. »

Nous ne voulons pas partager le gâteau avec nos exploiteurs mais les exproprier et collectiviser les moyens de production et d’échange. Nationalisation des banques, des grandes industries…

Nous voulons dans ce moment difficile exprimer notre solidarité avec les 154 travailleurs de Durobor qui ont fait tant de sacrifices et se retrouvent aujourd’hui sur le carreau sans indemnités avec la faillite de la gobeleterie.

Le Parti Communiste de Belgique appelle à renforcer la manifestation du 14 mai sur une base claire ! Nous luttons pour les 14 euros/h et la réduction collective du temps de travail à 30h/sem avec maintien du salaire et embauche compensatoire.

Refus de cet AIP de misère et retrait immédiat de la loi de 96 sur le blocage des salaires ! Amplifions la lutte car c’est en elle seule que réside l’avenir.

Camarades, nous utiliserons toutes les armes à notre disposition dans cette lutte classe contre classe, dont le droit de grève que la bourgeoisie n’a cessé de remettre en cause ces dernières années. Nous sommes évidemment solidaires de notre camarade Bruno Verlaeckt, président de la centrale générale d’Anvers. Nous exigeons l’annulation de sa condamnation et le retrait immédiat du service minimum dans les services publics !

Toutes ces attaques n’ont fait que nourrir notre colère légitime. Face à cette colère des travailleurs dont les gilets jaunes sont l’écho, la bourgeoisie agite la menace de l’extrême-droite et du populisme qu’elle a elle-même attisé par sa politique antipopulaire. C’est tenter maladroitement de nous faire oublier que le MR a gouverné pendant 5 ans la NV-a. C’est Francken qui a fait enfermer des enfants dans les centres fermés. Récemment, c’est à nouveau Francken qui a tenté de diviser notre classe en s’attaquant à nos frères migrants en voulant leur retirer le droit à la sécu.

Ce discours raciste sert les intérêts de la bourgeoisie car ainsi il remet en cause la sécurité sociale pour tous. La sécu, elle nous appartient camarades ! Défendons-la !

Camarades, on ne peut combattre efficacement l’extrême-droite qu’avec un front antifasciste, clair, au-delà d’un objectif électoral, que nous réclamons depuis des années : un front antifasciste anticapitaliste et antiimpérialiste pour la paix et le socialisme. Soyons fiers de l’internationalisme prolétarien, revendiquons-le.

Nous ne nous faisons en effet aucune illusion sur les élections dans une démocratie bourgeoise.

En Espagne, la menace de la montée de l’extrême-droite n’a pas empêché Vox de percer alors que la social-démocratie était au pouvoir. Parallèlement, elle a orienté les travailleurs vers un faux front antifa derrière le PSOE, parti socialiste. Le menace de Vox a tenté de nous faire oublier que le Parti Populaire espagnol est l’héritier du franquisme. Cette confusion prépare une sainte alliance entre libéraux et socialistes.

De même, on essaie de nous faire croire que le MR est davantage fréquentable depuis que Destexhe est parti, pour mieux justifier le mariage avec le Parti socialiste comme ce fut le cas lors des dernières élections communales.

En somme, en Belgique, comme en Espagne quel que soit le gouvernement qui sortira des urnes, il servira les intérêts capitalistes et notre seule perspective est la lutte pour le socialisme !

Quel que soit le gouvernement, il continuera à prétendre que l’Union européenne, c’est la paix, c’est l’avenir alors que l’UE, c’est l’approfondissement des politiques contre les travailleurs et en faveur des multinationales.

Lors de chaque élection, on essaie de nous vendre une prétendue Europe Sociale qui n’arrivera jamais car l’union Européenne n’est pas réformable. Le maintien du système capitaliste est son essence même !

Avec de nombreux partis communistes et ouvriers réunis dans l’initiative européenne, nous avons signé un appel pour le renforcement des luttes pour une Europe des peuples, une Europe socialiste.

Lors de notre congrès, nous avons décidé de quitter cette officine réformiste qu’est le Parti de la Gauche Européenne dans laquelle nous avait entraîné une direction de liquidateurs ! Le PGE dans lequel figure encore Tsípras qui n’a pas trahi, qui n’a pas été empêché d’appliquer son programme tenaillé mais qui a simplement remplacé l’ancienne social-démocratie, le Pasok, le PS grec.

Nous apportons notre soutien au KKE pour les prochaines batailles, pour l’organisation de la classe ouvrière, contre l’opportunisme, contre le réformisme, contre le capital. Nos camarades grecs ont eu raison de ne pas se compromettre avec Tsipras.

Ce Tsipras qui a mené sans vergogne des exercices militaires conjoint avec l’OTAN ou avec Israël.

Le même OTAN et la même Union Européenne ont démantelé il y a 20 ans la Yougoslavie.

Camarades, c’est cette même Europe qui a soutenu Maïdan et la renaissance du fascisme en Ukraine où s’est déroulé dernièrement une mascarade électorale entre oligarques alors que le Parti communiste ukrainien auquel nous apportons notre soutien est interdit.

La paix en Europe est un mensonge mais le retour au cadre national bourgeois n’est pas plus souhaitable !

Ni Bourgeoisie nationale, ni Union Européenne ! Lutte dans toute l’Europe et dans le monde pour le socialisme ! Belgique hors de l’OTAN, OTAN, hors de Belgique, voilà les seuls mots d’ordre !

Pendant ce temps, le Parti Socialiste en Belgique célèbre fièrement les 70 ans de l’OTAN, cette organisation criminelle, tandis que nous, communistes, nous exigeons le retrait de la Belgique, le rapatriement des militaires d’Estonie, d’Afghanistan et de Syrie et des entreprises impérialistes néocoloniales en Afrique.

Depuis de 6 mois, nos frères soudanais luttent pour renverser le régime corrompu et dictatorial à la solde de l’impérialisme ; après des manifestations massives, réprimées par le pouvoir, ils ont réussi à chasser Omar el Béchir mais le combat n’est pas terminé.

Nous devons continuer à les soutenir ici et relayer la lutte courageuse du peuple soudanais et du Parti Communiste soudanais, avec un seul mot d’ordre toujours en vigueur : Tasgutbas, la chute, rien d’autre !

Nous luttons avec eux, ici, pour un meilleur accueil de tous les travailleurs immigrés forcés de quitter leur pays à cause des guerres et des vols de nos bourgeois, de nos capitalistes. Ce sont ces gens-là qui chassent les gens de leur pays. C’est la bourgeoisie qui provoque l’immigration non désirée.

Luttons pour que ces victimes du système reçoivent un accueil digne.

Luttons pour la fermeture des centres fermés, ces prisons, ces camps de la honte où sont enfermés nos frères et nos sœurs. Nous exigeons la régularisation des sans-papiers.

En Palestine, c’est Gaza qui est une prison à ciel ouvert et les dernières élections en Israël et les propos de Netanyahou ne laissent pas présager d’amélioration. Au contraire, elles ont démontré que la solution à deux États n’est pas viable : la seule perspective est la lutte pour un seul État palestinien, démocratique, progressiste et laïc. Palestine vivra, Palestine vaincra !

Camarades, la résistance du peuple palestinien depuis tant d’années ne peut que susciter que notre admiration tout comme celle du peuple Vénézuelien qui lutte pour défendre la Révolution bolivarienne menacée par l’impérialisme yankee et soutenue de l’intérieur par une bourgeoisie nationale revancharde. Nous devons amplifier notre solidarité. Hier encore, une tentative de Coup d’État téléguidée par Washington et menée par Guaidó et Lopez a échoué grâce aux forces armées nationales bolivariennes !

On ne peut rester sans prendre position clairement pour l’approfondissement de la Révolution Bolivarienne avec le Parti Communiste du Venezuela derrière le seul président légitime Nicolas Maduro ; contre l’opposition qui a reçu le prix Sakharov de l’Union Européenne et le Putschiste Guaidó  dont le parti est membre de l’Internationaliste socialiste et que s’est empressé de reconnaître la Belgique.

L’Amérique latine souffre et mis à part le Venezuela, les expériences de la gauche latino ont montré leurs limites que ce soit au Brésil avec l’approfondissement de la crise et le retour d’un nostalgique de la dictature militaire ou en Équateur avec la trahison de Lenin Moreno qui détruit toutes les avancées réalisées par Rafaël Correa.

Camarades, ces expériences nous enseignent que si nous voulons mettre fin à ce système exploiteur, nous devons avancer clairement, sans concession vers la révolution et le socialisme ! C’est sur cette ligne et uniquement celle-là que nous sommes engagés dans la bataille électorale en présentant des candidats sur les listes du PTB

Renforcez votre camp, renforcez le Parti Communiste de Belgique, votez pour les candidats du Parti Communiste de Belgique

 

À bas l’impérialisme, à bas le capitalisme

Vive la république socialiste, vive l’internationalisme prolétarien, vive le Parti Communiste !

Lire la suite

ImprimerE-mail

Solidarité avec les travailleurs de Skeyes! Non à la privatisation

 

La fédération liégeoise du parti Communiste de Belgique soutient la lutte des travailleurs de Skeyes (ex-BelgoControl) contre la surcharge de travail due au manque de personnel, qui entraîne des risques pour la sécurité. Nous nous opposons à la demande de privatisation de Skeyes et de régionalisation des compétences demandée par Christian Delcourt, responsable de la communication de l’aéroport de Liège. Nous dénonçons le recours à des contrôleurs aériens venus d’Allemagne pour briser la grève.

 

Nous appelons au contraire ces travailleurs et les travailleurs et manutentionnaires de TNT, des entreprises sur le site de l’aéroport et de l’aéroport lui-même à soutenir et rejoindre la lutte pour de meilleures conditions de travail et à renforcer la solidarité dans un même combat contre les exploiteurs.

 

Le Parti Communiste de Belgique défend la nationalisation de tous les aéroports régionaux et la mise sous statut entièrement public et le monopole de Skeyes.

Liège, le 19 avril 2019

Le Comité fédéral

Lire la suite

ImprimerE-mail