Hommage à Patrice Lumumba et au peuple congolais

Il y a 60 ans, le 17 janvier 1961, Patrice Emery Lumumba premier ministre élu par le peuple de la jeune République du Congo était lâchement assassiné avec ses partisans Maurice Mpolo et Joseph Okito en présence d'officiers belges.

Le 30 juin dernier, à l'occasion du soixantième anniversaire de l'indépendance du Congo, notre souverain exprimait de fades « profonds regrets » à propos de la tragédie coloniale. Il se gardait bien d'évoquer le sabotage de l'indépendance par la Belgique dont le premier acte fut l'assassinat de Patrice Lumumba et de ses partisans qui allait ouvrir la voie à la longue dictature de Mobutu, marquée par la persistance de l'inféodation du Congo aux intérêts du capitalisme belge et de l'impérialisme américain. Cette commémoration est l'occasion d'exprimer le point de vue du Parti et des forces de progrès sur cette page particulièrement sombre de notre histoire en rappelant la lourde responsabilité de l'Etat belge dans ce qui fut un véritable crime d'Etat.

Le Parti Communiste de Belgique rappelle ses exigences légitimes de faire toute la lumière sur l'assassinat de Lumumba, de restituer ses restes à sa famille et d'aborder sans délai la question des dommages dus au peuple congolais en raison du pillage de ses richesses.

Nous vous informons que nous avons obtenu l'accord du bourgmestre de Bruxelles pour organiser un évènement dans les limites du respect des normes sanitaires.

C'est dans ces conditions que nous vous invitons à cette commémoration qui aura lieu le dimanche 17 janvier à 14h00 au Square Patrice Lumumba à Bruxelles

(Rassemblement à 13h45 porte de Namur)

La cérémonie sera rehaussée par la présence de Mr Jean Paul Kasende, représentant l'association HONLEX 61 (Hommage aux Nationalistes Lumumbistes Exécutés en 1961).

Nous espérons vous rencontrer pour honorer ensemble la mémoire de Patrice Emery Lumumba, héros de l'indépendance du Congo et de la lutte contre l'impérialisme .

Pour le Comité Central du Parti Communiste de Belgique.

M. Denonville, Secrétaire politique.

Publié le 05 janvier 2021

ImprimerE-mail

Halte aux atteintes au droit de grève !

Le Bureau Politique du Parti Communiste de Belgique PCB/CPB a pris acte de la condamnation de 17 militants de la FGTB dont son président Thierry Bodson. Le Bureau constate que cette condamnation prononcée le lundi 23 novembre par le tribunal correctionnel de Liège pour « entrave méchante à la circulation » lors d’une action de grève en octobre 2015 survient pour les mêmes chefs d’accusation que celle prononcée en 2019 à l’encontre de Bruno Verlaeckt, permanent de l’ABVV/FGTB anversoise.

Le Parti Communiste rappelle que ces faits confirment les actes de son 36e congrès qui dénoncent :

·               L’instauration d’un service minimum en tant qu’étape vers la remise en cause totale du droit de grève ;

·               L’intervention du pouvoir judiciaire dans les conflits sociaux qui participe à la criminalisation du droit de grève et des militants syndicaux, attestée par les condamnations ;

·               Les menaces de la droite d’imposer une personnalité juridique aux syndicats qui menacent directement leur existence et le droit de grève ;

·               La campagne désignant les syndicats et les grévistes à la vindicte populaire.

Le Parti Communiste rappelle que le droit de grève a été conquis dès 1866 par l’abrogation du délit de coalition lequel avait conduit antérieurement des milliers d’ouvriers en prison. Cette abrogation qui allait légaliser le droit de coalition fut renforcée par la loi du 24 mai 1921 et la ratification en 1990 par la Belgique de la Charte sociale européenne laquelle reconnaît le droit de grève. En tant qu’expression de la solidarité, le droit de grève a permis une formidable émancipation des travailleurs. Il reste le seul moyen de défendre le patrimoine social et les droits conquis de haute lutte par le mouvement ouvrier organisé par les syndicats. Le Parti n’oublie pas que nombre de ses militants ont été des syndicalistes de combat qui ont souvent pris la tête des luttes ouvrières et des grèves, parfois au péril de leur vie lors des heures les plus sombres de notre histoire.

Cette attaque contre des représentants de travailleurs en lutte est une illustration de plus de la réalité et de l'actualité de la lutte des classes, voulue et entretenue par le patronat et les élites politique et judiciaire. Fort de l’attachement de ses militants aux organisations syndicales, le Parti Communiste de Belgique adresse son soutien à tous les militants de la FGTB/ABVV.

Liège, le 28 novembre 2020.

ImprimerE-mail

EXIGEONS L'ASILE POLITIQUE EN BELGIQUE POUR JULIAN ASSANGE !

« Quand pour la première fois, dire la vérité sera devenu un crime, alors que les puissants jouissent de l’impunité, il sera ensuite trop tard pour corriger le tir. Notre voix aura capitulé face à la censure et notre destin face à la tyrannie sans limites »      Nils Melzer, Rapporteur Spécial de l’ONU sur la torture

Le 11 avril 2019, le journaliste Julian Assange a été arrêté par la police britannique à l'ambassade d'Equateur où il avait trouvé asile pendant 7 ans.

Depuis 10 ans, les Etats-Unis persécutent Julian Assange parce que, grâce à la plateforme WikiLeaks dont il est le fondateur, des documents prouvant qu'ils ont commis des crimes de guerre et des atteintes aux droits humains en Afghanistan et en Irak ont été diffusés. Alors que les responsables de ces crimes n'ont jamais été inquiétés, lui, Julian Assange est réclamé par les Etats-Unis qui ont émis contre lui des chefs d'inculpation dont certains liés à l'espionnage, des chefs d'inculpation assortis d'une peine de 175 ans de prison.

Julian Assange est innocent. A travers son travail de journaliste, avec courage, rigueur et ténacité, il a placé la vérité et l'information des populations avant les risques que cela pouvait lui faire courir. Aujourd'hui, il est emprisonné, dans de terribles conditions, dans une prison londonienne de haute sécurité, à Belmarsh, dans l'attente de la possible extradition réclamée par les USA.

Le résultat de la procédure qui vient de se dérouler à Londres sera connu le 4 janvier 2021.

Les conditions dans lesquelles les audiences se sont déroulées font craindre que l'issue en soit inéquitable, décidée d'avance entre les justices britannique et étasunienne.

Face à cette injustice, nous, citoyens et citoyennes qui voulons préserver notre droit à l'information. Agissons pour empêcher l'extradition de Julian Assange et réclamons sa libération immédiate.

Nous demandons que la Belgique prenne position et accorde une protection juridique à Julian Assange.

Par cette pétition, nous nous joignons aux partis et associations en Belgique qui se sont déjà prononcés pour réclamer que la Belgique accorde une telle protection à Julian Assange.

Auteur(s) : Comité Free.Assange.Belgium

Destinataire(s) : Parlement fédéral belge

Vers la pétition

 

ImprimerE-mail

Confinement, le gouvernement remet ça.

Le Bureau Politique (BP) du Parti Communiste de Belgique a pris acte des dernières mesures du gouvernement pour combattre la pandémie dont l’instauration d’un nouveau confinement associé à un couvre feu qui nous ramène aux heures les plus sombres de notre histoire. Le recours à des mesures administratives et répressives qui sont prises au nom de pouvoirs spéciaux ignorant le débat parlementaire, constitue un dangereux précédent pour la remise en cause des droits fondamentaux. Certaines, n'étant pas nécessairement utiles pour combattre la pandémie, attaquent des droits sociaux, dépassement du nombre d'heures supplémentaires, extension des CDD et du travail étudiant etc. Le BP du PCB se joint à tous ceux qui sont préoccupés par l’avenir de nos libertés. Une fois de plus la grande distribution comme Colruyt ou Amazon qui se sont enrichis pendant la crise continueront à ouvrir leurs rayons, même pour le non-essentiel, au détriment des petits commerces qui devront restés portes closes tout comme les artisans forains dont l’interdiction des activités privilégie les parcs d’attraction.

Lire la suite

ImprimerE-mail

37e CONGRES - 3 octobre 2020 à Bruxelles

Le 37ème Congrès du Parti communiste de Belgique s’est tenu le 3 octobre 2020 au Centre Garcia Lorca à Bruxelles.

Outre l’adoption de deux documents politiques, consacrés à la crise interne du PCB et à la crise mondiale aggravée par la pandémie de Covid-19 (publiés ci-dessous), le Congrès a élu une nouvelle direction. Le nouveau Comité central est composé de 8 membres, pour moitié des membres démissionnaires du Comité central précédent et pour moitié de nouveaux membres.

 

ImprimerE-mail