Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires

En cette journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires, la Jeunesse Communiste de Belgique rappelle la nécessité et l'urgence de la fermeture et la dénucléarisation de la base US de Kleine Brogel qui se trouve sur le territoire belge.

L'engagement des jeunes communistes contre l'impérialisme est total. Nous combattons l'impérialisme étasunien tout comme nous luttons contre notre propre impérialisme belge et européen qui cherche à se développer avec une armée de défense. La Jeunesse Communiste de Belgique s'oppose à tout achat d'armes et d'avions de guerre. Nous n'avons pas à choisir entre du matériel américain ou français ou suédois.

Pas un sou pour les marchands de canon !

Un première exigence est la plus que nécessaire sortie de l'OTAN, cette machine de guerre qui pille et écrase les peuples et le retrait des troupes belges qui servent les intérêts des monopoles impérialistes.

La jeunesse Communiste de Belgique rappelle enfin que la lutte contre l'impérialisme et pour la paix est indissociable de la lutte pour le socialisme.

Communiqué de la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique :

"Le 26 septembre est déclaré par les Nations Unies Journée internationale pour l'élimination totale des armes nucléaires. Aujourd'hui, les puissances impérialistes sont de plus en plus militarisées et le développement des armes nucléaires se poursuit et s'intensifie. l'heure actuelle, on estime qu'il reste environ 14 500 armes nucléaires dans les armes des grandes puissances.
Tant que les armes et surtout les armes de destruction massive sont au service des impérialistes, les peuples doivent lutter pour les éliminer. Une nouvelle guerre nucléaire marquera la fin de la civilisation humaine. La nécessité du désarmement nucléaire et du désarmement mondial devient de plus en plus urgente, car c'est un élément fondamental de la lutte pour la paix et la prospérité.
La FMJD s'adresse à toutes les forces pacifistes du monde entier pour qu'elles unissent leurs voix et luttent pour l'élimination totale de toutes les armes nucléaires, la fin de toutes les guerres impérialistes et le renversement de l'impérialisme."

Lire la suite

ImprimerE-mail

Résolution des jeunes communistes contre la nouvelle escalade anticommuniste de l'Union européenne / Resolutie van de Communistische Jeugd tegen de nieuwe anti-communistische escalatie van de Europese Unie

 

[FR] Résolution des jeunesses communistes contre la nouvelle escalade anticommuniste de l'Union européenne

 

Nous, les organisations de jeunesse communistes présentes à Athènes, pour participer au 45e Festival KNE-Odigitis, condamnons la répugnante résolution commune anticommuniste du Parlement européen, qui est signée par les groupes politiques du Parti populaire, l'Alliance progressiste des socialistes et démocrates, l'Alliance des libéraux et démocrates pour l'Europe, les Verts et les conservateurs et réformateurs européens.

 

La résolution commune du Parlement européen est inacceptable et non historique, car :

 

Elle promeut la légalisation de l'interdiction des partis communistes et des symboles communistes qui a déjà été imposée dans plusieurs Etats membres de l'UE.

 

Elle promeut la généralisation de la criminalisation et des poursuites des communistes et de leur idéologie, dans le but de mettre un terme aux luttes populaires.

 

Elle promeut l'identification du communisme avec le fascisme, acquittant ainsi les fascistes et leur action. Elle déforme même l'Histoire à un tel niveau en caractérisant l'Union soviétique et l'Armée rouge, qui ont fait plus de 20 millions de victimes dans la lutte pour écraser le nazisme, "en tant qu'alliée et collaboratrice de l'Allemagne nazie".

 

Nous, les organisations de jeunesse communistes qui signons cette déclaration le disons clairement : L'avenir ne peut être interdit ! L'avenir de la jeunesse est le socialisme ! Quel que soit le nombre de résolutions et de décisions adoptées par l'Union européenne, nous sommes déterminés à faire vivre leurs cauchemars. L'anticommunisme et la falsification de l'Histoire ne passeront pas ! La vérité historique écrasera leurs mensonges et leurs provocations.


[NL] Resolutie van de Communistische Jeugd tegen de nieuwe anti-communistische escalatie van de Europese Unie 

 

Wij, de communistische jeugdorganisaties die in Athene aanwezig zijn, om deel te nemen aan het 45e KNE-Odigitis Festival, veroordelen de weerzinwekkende anti-communistische gezamenlijke resolutie van het Europees Parlement, die is ondertekend door de politieke fracties van de Volkspartij, de Progressieve Alliantie van Socialisten en Democraten, de Alliantie van Liberalen en Democraten voor Europa, de Groenen en de Europese Conservatieven en Hervormers.

 

De gezamenlijke resolutie van het Europees Parlement is onaanvaardbaar en niet historisch omdat:

Lire la suite

ImprimerE-mail

Congo : 59 ans d’indépendance et toujours en lutte contre le colonialisme et l’impérialisme

À l’occasion du 59e anniversaire de la conquête de l’indépendance du Congo, la Jeunesse communiste de Belgique reproduit des documents d’archives de textes parus dans le journal des étudiants communistes de l’ULB, « En avant » entre 1959 et 1960.

              « c’est pourquoi nous crions vivement avec tous les délégués :

 

À BAS LE COLONIALISME ET L’IMPÉRIALISME

                         À BAS LE RACISME ET LE TRIBALISME

                                                                            ET

                                                                                              VIVE L’AFRIQUE INDÉPENDANTE

                                                                                              VIVE LA NATION CONGOLAISE

                                                                                               Accra, le 11 décembre 1958 »

 

Un peu plus d’un an plus tard, intervention d’Antoine Ngavulu du Parti peuple congolais au 13e congrès du PCB, paru dans l’édition spéciale du 1er mai 1960 d’En Avant.

« Chers camarades,

C’est avec joie que je vous apporte le salut fraternel des camarades du Parti du Peuple du Congo.

Comme vous les savez, le Congo va accéder à son indépendance le 30 juin prochain. Pour nous, Parti du Peuple, qui voulons instaurer dans notre pays un régime socialiste, cette indépendance politique n suffit pas. Jamais nous ne l’avions considérée comme une fin. La libération politique, phase pourtant nécessaire et inévitable dans un pays colonisé ne doit rester qu’un moyen qui permettra de nous libérer économiquement. Ce n’est qu’alors que nous pourrons prétendre à une vraie indépendance.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Contribution de la Jeunesse Communiste de Belgique au séminaire international du 45e Festival Odigitis-KNE

 

"Nous bâtirons un monde libre, ouvert et plein d'espoirs" (N. Hikmet) : le SOCIALISME

 

 

[FR]

"Chères et chers camarades,

C’est un honneur pour la jeunesse communiste de Belgique de participer au Festival Odigitis. Nous souhaitons en premier lieu remercier la KNE pour l’invitation. C’est important pour notre organisation de pouvoir participer à un événement de cette ampleur alors que nous sommes en pleine reconstruction. Notre organisation, mouvement de jeunesse du Parti Communiste de Belgique, a été fondée en 1923.

100 ans depuis la fondation de l’Internationale communiste et l’International de la jeunesse communiste : la lutte pour le socialisme continue – l’importance de l’Internationalisme prolétarien et de la lutte commune des organisations de jeunesse communiste, c’est le thème de notre séminaire. Alors aujourd’hui quasiment 100 ans après notre fondation et 100 ans après la fondation de l’IC, comment continuer la lutte pour le socialisme ?

Notre organisation, a évidemment pris part aux différentes lignes de l’Internationale communiste. Dans les années 30, dans le cadre des front antifascistes et fronts populaires, il y eut plusieurs actions communes menées avec les Jeunes Gardes Socialistes. Cette ligne s’est poursuivie et amplifiée après la guerre avec la formation de la Jeunesse Populaire de Belgique qui unissait mouvements de jeunesses communiste et social-démocrate jusqu’en 1956, quand la Jeunesse communiste de Belgique a repris son autonomie et une ligne politique internationaliste de soutien entre autres à la décolonisation du Congo, au peuple et à la jeunesse vietnamiens.

Notre organisation a ensuite suivi l’évolution du Parti Communiste de Belgique s’engageant sur la voie du réformisme et de l’eurocommunisme, perdant progressivement son influence parmi la jeunesse populaire et ouvrière. En 1989, nous avons décidé de la scission en deux ailes linguistiques suivant l’institutionnalisation du pays qui a divisé la jeunesse populaire et ouvrière de notre pays qui subit pourtant les mêmes attaques. Une première fois, en 1991, nous avons connu une dissolution et nous n’avons pas survécu à la liquidation de l’Union Soviétique.

Et aujourd’hui ?

Membre de la Fédération Mondiale de la jeunesse démocratique jusqu’à notre première dissolution en 1991, nous voulons aujourd’hui retrouver notre place auprès de nos frères et camarades révolutionnaires et antiimpérialistes dans le monde.

Aujourd’hui, nous voulons recréer et renforcer nos liens avec nos organisations sœurs frontalières.

Aujourd’hui, en pleine reconstruction, nous voulons apprendre de l’expérience de vos luttes.

Aujourd’hui, il apparaît évidemment que seule la ligne classe contre classe permettra d’organiser les jeunes des quartiers populaires et ouvriers. Nous avons récemment beaucoup appris des luttes de nos camarades des Jeunes Communistes du Bas-Rhin, du Rhône et des Bouches-du-Rhône, avec leurs comités de lutte dans les écoles.

Notre principale tâche va être de conscientiser et d’organiser les jeunes qui subissent l’école de classe. En Belgique comme en France et ailleurs dans le monde, le patronat continue à chercher à maximiser ses profits en modelant une main d’œuvre docile et bon marché, sans formation critique, en encourageant l'apprentissage (formation en alternance), en liquidant l'enseignement professionnel et les diplômes, en recourant aux privatisations, en organisant la sélection le plus tôt possible et en poussant à l'endettement des jeunes étudiants issus des classes populaires et ouvrières, en instaurant et développant le système des pôle de compétences, en laissant se délabrer les logements étudiants.

La note de formation du nouveau gouvernement de la région wallonne il y a une semaine reprend une grande partie de ces éléments qui vont poursuivre l'augmentation de notre taux d'exploitation.

Nous devons retenir les exemples de la nécessaire unité des travailleurs avec les apprentis pour leur embauche aux mêmes conditions de salaire et de travail. Nous devons amplifier l'unité avec les étudiants étrangers qui ont vu leur minerval dans les universités augmenter avant de voir les nôtres augmenter à leur tour.

L'école sous le capitalisme n'a jamais été et ne sera jamais un moyen d'émancipation. Il n'y a pas de place pour nous dans l'école de classe. Il est dès lors nécessaire de dénoncer l’hypocrisie, l’opportunisme de ceux qui pensent qu’on peut modifier l’école dans le système capitaliste et la rendre émancipatrice. Si nous soutenons davantage de moyens pour l’école publique, ce ne sera pas suffisant, notamment parce que les programmes emplis de révisionnisme historique et que les compétences qui doivent servir uniquement le patronat et les monopoles sont mis en place par la bourgeoisie.

Notre rôle en tant jeunesse communiste est également d’organiser le nécessaire internationalisme prolétarien. Nous pensons à nos frères du Soudan qui ont fui le régime dictatorial d’Omar El Béchir et qui continuent à lutter depuis la Belgique, avec qui nous organisons des formations et des manifestations. Nous exprimons notre solidarité avec tous les peuples et les jeunesses en lutte en particulier nos frères et camarades du Venezuela, de Palestine, de Cuba. Nous réaffirmons l’exigence de sortie de l’OTAN, cette machine de guerre de l’impérialisme étasunien, qui écrase et pille les peuples, tout comme nous nous opposons à la constitution de l’armée européenne. Nous n’avons pas à choisir entre deux impérialismes mais à les combattre.

Cela ne sera possible qu’avec l'unité et la lutte de la jeunesse et des étudiants populaires avec l’ensemble de la classe ouvrière. Ainsi nous triompherons ! Seule la conscience que le socialisme est une nécessité permettra d’organiser la lutte contre ce système barbare qu’est le capitalisme.

Vivent nos mouvements de jeunesse communiste

Vivent la KNE et l’Odigitis festival"


 

[EN]

"Dear comrades,

 

First of all, on behalf of the Communist Youth of Belgium, we would like to thank KNE for the invitation. It is important for our organization to be able to participate in an event of this magnitude as we are rebuilding. Our organisation, the youth movement of the Communist Party of Belgium, was founded in 1923.

 

100 years since the foundation of the Communist International and the International of Communist Youth: the struggle for socialism continues - the importance of proletarian internationalism and the common struggle of communist youth organizations is the theme of our seminar. So today, almost 100 years after our foundation and 100 years after the foundation of the International Communist, how can we continue the struggle for socialism?

 

Lire la suite

ImprimerE-mail

Festival der Jugend : Contribution au débat sur la lutte environnementale

"Pendant plusieurs semaines, l’actualité politique en Belgique a été marquée par la question écologique. Des milliers de jeunes ont manifesté chaque jeudi pour le « climat » à la suite de l’appel à la grève de Greta Thunberg. C'est l'expression sur le terrain d'une grande prise de conscience des dangers qu'encourent la planète.

Les Jeunes Communistes de Belgique ont suivi avec attention et parfois participé à ce mouvement social multiforme. La responsabilité des multinationales dans l’émission de CO2 a été pointée par de nombreux jeunes et organisations politiques mais cela n’a pas encore conduit à la remise en cause du système de production qui épuise la nature.

La bourgeoisie continue d’imposer un discours de culpabilisation (arrêt de l’utilisation des téléphones) et de responsabilisation individuelle (revendication d’une taxe carbone pour les véhicules) qui a circulé, traversé et même été repris par une partie du mouvement. Elle a également encouragé et récupéré pour partie ces grèves, en donnant congé aux élèves, détournant le principe même de la grève pour protéger ses intérêts. Des programmes de sensibilisation ont été mis en place dans les écoles évacuant la question centrale du mode de production capitaliste.

Les jeunes communistes de Belgique y sont évidemment opposés, car en ne mettant en avant que de manière superficielle la question climatique (qui devrait davantage être écologique) et en évitant la question sociale (alors que les deux sont intrinsèquement liées), cela a contribué à écarter la jeunesse populaire du mouvement de manifestations devenu interclassiste.

Les jeunes communistes de Belgique considèrent qu’il est indispensable de prendre en compte les intérêts et besoins de la jeunesse populaire qui subit ainsi une nouvelle forme de la lutte des classes entre ceux qui ont les moyens de modifier leur consommation individuelle et se donnent bonne conscience et ceux qui doivent se serrer la ceinture au quotidien. C’est le rôle de la JC de conscientiser la jeunesse contre cette société de consommation et le marché et de donner une orientation anticapitaliste au mouvement écologique. Celle-ci ne passera pas par les thinks tanks, groupes de réflexion, libéraux lancés par la leader du mouvement en Belgique Anuna de Wever, qui souhaite influer sur les partis bourgeois desquels nous n’avons rien à attendre si ce n’est qu’ils continuent leur politique néfaste pour la jeunesse et la planète.

Alors que le mouvement s’est éteint parce que sa stratégie accordait trop d’importance aux élections, nous estimons ainsi qu'il est nécessaire de nous unir dans les luttes et de porter dans les prochaines manifestations la revendication de la gratuité et du monopole des transports publics dont dépendent au quotidien de nombreux élèves et travailleurs et d’élargir les revendications à la conquête de droits dont l’école vraiment gratuite, le rétablissement des allocations d'insertion…

Mais il est clair que pour mettre fin à l’épuisement de la nature et à l’exploitation de l’Homme par l’Homme, il faudra nécessairement changer de système. Cela ne pourra se faire que par une planification économique et écologique par les travailleurs qui réponde aux questions de comment produire et pour qui produire, qui réponde à nos besoins, c’est-à-dire le socialisme."

[NL / DE] 

Lire la suite

ImprimerE-mail

  • 1
  • 2

Agenda