Interruption volontaire de grossesse ou recours à "un tueur à gages"

Le Parti Communiste de Belgique s'insurge contre les dernières déclarations du Pape François qui considère l'IVG comme un recours à un tueur à gage.

En qualifiant le praticien qui pratique une IVG de "tueur à gage" le pape insulte et menace tout le corps médical qui a lutté pour dépénaliser l'avortement parmi lesquels le docteur Willy Peers éminente personnalité de notre parti.

Il insulte aussi le large mouvement des femmes qui dans les années 70 sont descendues dans les rues pour soutenir ces médecins et réclamer le droit de décider pour elles-mêmes, les femmes qui ont lutté jusqu’à l’obtention d’une loi de dépénalisation de ce droit dans certaines conditions en 1990, dépénalisation pour laquelle elles se battent encore de nos jours. Ce n’est pas un hasard si c’est face à la force de ces mouvements (en Argentine, en Pologne, etc.) que le Pape voudrait aujourd’hui reprendre la main.

Le Parti Communiste rappelle qu'en juin dernier le pape a déjà comparé l'avortement pratiqué en cas de handicap du fœtus à l'eugénisme pratiqué par les "nazis" en oubliant manifestement la complaisance de la majorité du clergé face au nazisme. On peut se demander si le Pape ne fait pas du prosélytisme pour les trois K, Kirche, Kinder und Küche (église, enfant et cuisine) qui caractérisaient l'idéal féminin du nazisme.

En refusant le caractère thérapeutique d'un acte "qui supprime la vie innocente" le Pape passe outre du fait que dans le monde une femme meurt toutes les neufs minutes d'un avortement clandestin ou y survit avec de graves séquelles. Par ses propos scandaleux, le Pape ignore tout simplement le sort de ces dizaines de milliers de femmes.

Qualifié de Pape des pauvres, François devrait se rappeler que l'avortement clandestin touche avant tout les femmes les plus démunies qui n’ont pas les moyens de se faire avorter en toute sécurité. Apparemment le Pape oublie qu'il est un homme et qu'il évolue dans une classe super privilégiée.

Le Parti Communiste estime que derrière son étiquette progressiste, le Pape renforce les courants les plus réactionnaires qui resurgissent partout dans le monde, désignant les futures victimes à la vindicte des obscurantistes.

C’est en 1920 que le pouvoir communiste en Russie a octroyé le droit à l’avortement gratuit et sous surveillance médicale à toutes les femmes d’URSS ouvrant une période de progrès social extraordinaire pour les femmes.

Le Parti Communiste de Belgique continuera à défendre le droit à l’avortement pour toutes les femmes car elles doivent rester libres de décider seules de leur maternité. Le PCB condamne l’hypocrisie de la pseudo-dépénalisation adopte par le MR, le cdH, l’Open Vld, le CD&V et la N-VA.

 

Liège, le 12 octobre 2018

Le Bureau Politique du Parti Communiste de Belgique

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Bel-RTL : information ou propagande

 

Le 24 septembre BEL/RTL, la voix du PRL alias MR, annonce qu'à l'occasion de sa visite à Vilnius en Lituanie, le pape François s'est recueilli à la mémoire des 40000 juifs du ghetto de Vilnius massacrés durant la guerre par les nazis et... les soviétiques.

 

Véritable « Radio trottoir » au service des partis de droite, BEL/RTL accrédite la thèse que l'Union Soviétique aurait été complice des Nazis dans l'extermination des juifs.

 

Une fois de plus le Parti Communiste de Belgique (PCB) dénonce un nouveau mensonge flagrant propagé par la droite et ses médias au service du grand capital, en recourant à un scandaleux amalgame entre nazisme et communisme.

 

Cette nouvelle falsification de l'histoire nous ramène aux méthodes abjectes de la Propagandstaffel (escadron de la propagande) du 3e Reich et de son patron Goebbels, célèbre théoricien du mensonge et de la circulation des rumeurs.

 

Le Parti Communiste de Belgique rappelle que les nazis ont occupé la Lituanie de 1941 à 1944 et ont exterminé 95% de la population juive soit 254000 personnes. Pressentant une fin tragique, les 40000 juifs du ghetto de Vilnius se sont courageusement organisés dans « L’organisation armée des partisans » (FPO) sur le slogan « Nous n’irons pas comme des moutons à l’abattoir ».

 

En plus des actes de sabotage et de l’organisation de son autodéfense, la FPO n’a pas été victimes des soviétiques comme le soutient RTL mais elle s’est jointe à l’Armée soviétique et aux partisans (résistants soviétiques) dans leur lutte contre les nazis. 

 

Le Parti Communiste de Belgique dénonce fermement ces affirmations mensongères qui insultent la mémoire de tous ceux qui ont péris dans la résistance au nazisme, dont 6 millions de juifs et 11 millions de soldats soviétiques, en rappelant que la montée en puissance de l’idéologie nazie est indissociable du soutien que les partis de droite et le grand capital accorda au parti Nazi dès 1922.

 

 

 

Le Parti Communiste de Belgique considère que la désinformation entretenue par BEL/RTL s’inscrit tout à fait dans une Europe qui soutient indirectement l’extrême-droite et le populisme, dans le but de désactiver la résistance à l’infamie des traités Européens ou Transatlantique pour neutraliser toute perspective d’alternative à la pensée unique libérale, 

 

Seule l’unité populaire et la lutte peuvent faire barrage à la dictature du capital.

 

 

 

Bruxelles Le 28 septembre 2018.

 

 

 

Le Bureau Politique du Parti Communiste de Belgique

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Rencontre internationale à Thionville

Le Parti Communiste de Belgique avait répondu favorablement à l’invitation des sections de Jarny, Orne-Basse et Thionville du Parti Communiste français et a participé ce samedi 29 septembre à une rencontre frontalière.

Notre volonté commune est de renforcer les coopérations internationales sur des luttes que nous menons dans nos pays. Des deux côtés, nous avons pointé la nécessité de rompre avec l’Union européenne, construction capitaliste, qui coordonne les impérialismes nationaux. Les politiques d’agression du capital que nous subissons sont les mêmes. La casse des services publics se fait sur le même modèle : division corporatiste des syndicats, présentation des fonctionnaires comme des privilégiés et casse de leurs droits, augmentation du nombre de contractuels, réduction des budgets, division des sociétés publiques pour privatiser les parties rentables (tant à la SNCB qu’à la SNCF), les paquets ferroviaires et la directive Bolkestein. Nos positions se rejoignent pour la défense d’un monopole 100% public du ferroviaire avec la fusion en Belgique d’Infrabel et de la SNCB.

Notre objectif est de donner aux travailleurs une perspective socialiste et de lutte à l’opposé du réformisme et du fascisme. C’est pourquoi ce genre de rencontre est important pour apprendre des luttes de nos camarades et affiner nos positions que nous défendrons lors de la seconde session de notre congrès. Une position défensive de maintien de l’emploi industriel, deuxième thème discuté, est clairement insuffisante et nous devons porter le développement industriel et la réindustrialisation avec une planification qui tiendra compte des besoins des populations. À cet égard, l’échange avec les camarades français du Grand Est autour de la sidérurgie et d’Arcelor Mittal est utile car l’Europe continuera à avoir besoin d’acier !

Enfin, nous partageons des positions internationalistes à l’opposé de la propagande impérialiste pro-européenne qui va s’abattre sur nous à l’occasion du centenaire de la fin de la 1e guerre mondiale. Contrairement à ce qui sera affirmé, l’Union européenne ce n’est pas la paix. Nous avons réaffirmé notre opposition à l’augmentation des crédits militaires tant en France qu’en Belgique !

 

Après cet après-midi d’échanges où nous avons dégagé des convergences, nous sommes plus que jamais convaincus que ce type de rencontre doit se poursuivre ! 

  

Bruxelles, le 30 septembre 2018

Le bureau politique du PCB

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Le PCB appelle à soutenir l'action des services publics du 28 septembre à Bruxelles.

Le PCB appelle à soutenir l'action des services publics du 28 septembre à Bruxelles.

Comme dans tous les dossiers de tous les secteurs, la fameuse "concertation sociale" ne fonctionne pas. Les Services Publics et le statut de fonctionnaire sont dans le collimateur de l’Union européenne du capital et de nos gouvernements.

Le PCB appelle à participer à l'action du 28 mais aussi à pousser vers l'élargissement du mouvement afin de regrouper tous les secteurs en lutte et d'aller vers une Grève Générale en 2018 encore. Cette convergence est nécessaire et urgente. Se battre pour la sauvegarde du statut de fonctionnaire fédéral n’a de sens qu’en menant la lutte pour la sauvegarde du statut de fonctionnaire en Flandre menacé par la ministre N-VA Homans. La régionalisation conduit à la régionalisation des luttes et à l’affaiblissement du rapport de force pour les travailleurs! L’unité de la classe ouvrière, au sens large, doit se battre le 28 à Bruxelles et refuser la concertation en Flandre. Si le projet de Homans passait en Flandre, le statut de fonctionnaire serait encore davantage mis à mal dans le reste de la Belgique. Hors de question de négocier les conditions du patronat, qu’il soit flamand, belge ou international ! Geen Onderhandeling ! Voor de verdediging van het ambtenarenstatuut, een algemene staking tegen de hervormingen van Vandeput en Homans is noodzaak.

La destruction minutieuse et systématique de nos Services publics (qui sont notre première richesse) ne peut être arrêtée que par une grève générale de grande ampleur et un clair rejet des traités européens qui les sacrifient délibérément depuis la directive Bolkestein.

Bruxelles, le 27 septembre 2018

Le bureau politique du PCB

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Le PCB soutient les travailleurs APE

NE TOUCHEZ PAS AUX APE

Pour un service à la population

 

Nous sommes de nouveau dans la rue ce 20 septembre pour protester contre les projets du ministre libéral Jeholet. Ce dernier est venu avec des projets de liquidation (réforme) des Aides à la promotion de l’emploi (APE), qui contribuent, au travers d’un mécanisme de points, à plus de 60.000 emplois en Wallonie. Les premiers bénéficiaires de ce système sont les structures du non-marchand, les soins à la personne, les écoles, le secteur associatif et culturel au sens large… Le projet du très libéral Yves Jeholet est de supprimer les APE sous leur forme actuelle d’ici 2021. Les travailleurs et travailleuses tributaires des APE risquent gros dans cette affaire, et plusieurs milliers d’emplois et de structures sont mis en péril, sous couvert de <<bonne gestion>>… au détriment de la population ! 

 

Le Parti Communiste de Belgique s’oppose à ces projets funestes qui en plus de mettre en péril l’emploi de milliers de personnes frapperont durement des secteurs socialement utiles. 

 

Le mouvement social doit dénoncer le double discours du MR, qui prétend faire de la création d’emplois sa priorité, tout en mettant en péril ceux qui existent déjà ! La droite au pouvoir tant à la Région qu’au Fédéral mène une politique de destruction de nos conquêtes sociales et des institutions qui sont en dehors de la logique capitaliste, tout cela pour, à terme, faire du secteur non-marchand un terrain pour tirer de nouveaux profits.

Suite à la manifestation du 25 juin et à l’approche des élections, le gouvernement Wallon a pris PEUR ! Il a postposé ses mesures pour fin 2019. Ne nous laissons pas abuser, mettons la pression maximale maintenant !

Ensemble, nous pouvons mettre fin à cette politique de destruction sociale ! Nous pouvons chasser le MR du pouvoir via une Grève Générale encore cette année. 

 

Nous défendons un programme de revendications concrètes et nous nous battons pour la récupération de tout ce que les travailleurs ont perdu depuis au moins 45 ans et la conquête de nouveaux droits :

 

1) Le maintien et la revalorisation des APE, pour non seulement maintenir les emplois existants, mais également pour aider à la création de nouveaux emplois de qualité dans les secteurs indispensables à la collectivité.

2) Une politique fiscale qui va chercher l’argent là où il est, à savoir dans les caisses du patronat ! 

3) Au-delà des aides à l’emploi, les secteurs concernés méritent des investissements en termes d’infrastructures !

4) La nationalisation du secteur bancaire, afin de soutenir une politique économique et industrielle dans l’intérêt de la population et contribuer à des investissements dans des secteurs socialement utiles.

 

La politique de l’emploi en Wallonie mérite mieux que le tout au profit des libéraux ! Il est grand temps de lutter pour une alternative à ce gouvernement des patrons ! Nos revendications ne peuvent être atteintes qu’en renforçant la lutte sur le terrain, en élargissant le mouvement et unissant la plus grande masse des travailleurs, en luttant pour le socialisme et pour le socialisme. 

Tous ensembles, tous ensembles ! 

Ce n’est qu’un début continuons le combat !

 

Namur, septembre 2018

Le Bureau Politique du PCB

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Chili : 45 ans après, nous n'oublions toujours pas

Ce 11 septembre, nous ne pouvons oublier qu'il y a 45 ans, le président socialiste du Chili, Salvador Allende, démocratiquement élu, était assassiné par la junte de Pinochet qui prenait le pouvoir par un Coup d'État, avec de l'impérialisme étasunien. Ce Coup d'État eut des répercussions mondiales que les travailleurs subissent ici aussi. En plus d'avoir massacré, torturé, fait disparaître des milliers d'opposants politiques, syndicalistes, socialistes, communistes, la dictature de Pinochet fut le lieu des expérimentations néolibérales avec entre autres la casse des droits des travailleurs, la privatisation de nombreux biens et services publics à l'opposé de l'idéal de Salvador Allende. Après 28 de transition démocratique, il est important de rappeler que la Constitution de Pinochet et son système économique sont toujours en vigueur.

Le Parti Communiste de Belgique était encore aux côtés des exilés chiliens et des 2e et 3e générations de Chiliens vivant en Belgique. Cette année, la commémoration rue Salavador Allende à Romsée (Fléron) en présence d'une 60 de personnes se déroula en la présence du petit-fils du président assassiné. Les camarades chiliens ont rappelé la nécessité de reprendre la lutte et de ne pas oublier que la dictature fut la période la plus sombre de l'histoire du Chili. Aujourd'hui, le gouvernement de droite dirigé par le président Piñera comporte des ministres qui ont été des collaborateurs directs de la dictature. Le même gouvernement tente aujourd'hui de dénaturer le musée de la mémoire et pousse la justice à faire sortir des assassins, des criminels pour des soi-disant raisons humanitaires en contradiction totale avec le droit international. C'est un véritable affront aux familles de tous les disparus.

Plus que jamais, nous devrons être solidaires avec nos camarades chiliens et lutter ensemble, contre le fascisme, pour une société meilleure, pour une société socialiste!

Liège, le 11 septembre 2018

 

 

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

 Imprimer  E-mail

Les candidats de la fédération liégeoise aux élections communales

La Fédération Liégeoise du PCB présentera des candidats sur les listes du PTB à Liège, Verviers et Seraing pour les prochaines élections communales du 14 octobre 2018.

  

L ‘espoir ne réside que dans nos luttes

 Aucune confiance, aucun soutien aux partis bourgeois (socio-libéraux, conservateurs, opportunistes et extrême-droite).

 

Ils roulent pour le patron, pour le riche, pour le capital. Ils nous mènent de crise en crise depuis au moins 45 ans. Ils protègent les paradis fiscaux.

 

Ils continueront à piller notre ville et à la livrer aux promoteurs immobiliers.

 

Non à la régression sociale. Non au pillage et à la privatisation de la ville. Non au tout-immobilier.

 

Renforçons le parti Communiste de Belgique (PCB) dans la région de Liège

 

Nous voulons radicaliser les forces de la classe ouvrière dans les syndicats, les usines, les services, les quartiers ; dans les écoles et parmi les femmes. Ceci en alliance avec les classes et couches populaires les plus touchées par la barbarie capitaliste.

 

Seul le pouvoir révolutionnaire des travailleurs peut mettre définitivement fin aux mesures anti-ouvrières et antipopulaires : par la dépossession des profiteurs et la collectivisation des grands moyens de production et d’échange ; la planification scientifique d’une production utile et soutenable ; le contrôle ouvrier.

Seul un tel pouvoir ouvrier peut garantir le désengagement de notre pays des unions impérialistes (OTAN, UE, CETA, TTIP), la paix dans le monde et la fin de l’austérité.

La gestion des communes et des villes dépend étroitement des décisions de l’UE.

Arrêter les politiques d’austérité, cesser les guerres et le dépouillement des pays plus faibles permettra de mettre fin à l’insécurité qui est surtout la conséquence du chômage et de la précarité.

 

Seules des luttes dures et sans concession (Parker), internationales s’il y a lieu (Lidl, Ryanair) sont non seulement payantes mais nécessaires pour éviter la descente aux enfers. C’est pourquoi le PCB soutient et soutiendra toutes ces luttes dont les dernières comme les attaques sur les services publics, les attaques sur les barèmes salariaux, sur les fins de carrière et la dégressivité des allocations de chômage.