Accueil / startpagina

Le rassemblement nazi : l’UE garde le silence

Les tentatives des pouvoirs estoniens visant à promouvoir les collaborateurs fascistes au rang de héros nationaux, ne pourront pas être justifiées, lit-on dans un communiqué diffusé par le ministère russe des Affaires étrangères suite à un rassemblement des partisans de l’Union des combattants pour la libération de l’Estonie.

« Les actions organisées pour glorifier les ex-membres de la SS et leurs collaborateurs sur place, ne sauraient être perçues que comme une inoculation préméditée des idées pronazies dans la société estonienne et un persiflage contre ceux qui ont donné leur vie pour sauver le monde du nazisme », est-il souligné dans le document.

Moscou est tout particulièrement indigné par la participation au rassemblement du ministre estonien de la Défense, Urmas Reinlasu. /L

http://french.ruvr.ru

La Russie a exigé que l’Union Européenne et l’OTAN apprécient le rassemblement nazi en Estonie, a indiqué mardi le ministère russe des AE.

Le rassemblement annuel des vétérans de la 20 ème division SS avait eu lieu en juillet dernier à Sinimiae, dans le Nord-Est de l’Estonie où les combats acharnés se sont déroulés pendant plusieurs mois en 1944. Les troupes hitlériennes, notamment la 20ème division SS, contenaient l’offensive des troupes soviétiques. Les pertes ont atteint près de 200 mille personnes de part et d’autre.


« La tolérance des autorités estoniennes à de telles manifestations mérite une attention sérieuse et les jugements de principe de la part des partenaires de l’Estonie au sein de l’UE et de l’OTAN », est-il indiqué dans le communiqué du ministère russe des AE.


Les autorités locales ont autorisé à nouveau le rassemblement de ceux qui sont, ainsi que l'a déclaré le verdict du Tribunal de Nuremberg, responsables de multiples crimes sur les territoires occupés. Les actions des complices des fascistes faisant la propagande des idées de néonazisme, de xénophobie et de racisme parmi les jeunes, la réinterprétation du bilan de la Seconde guerre mondiale sont des phénomènes systémiques ce qui rend perplexe.


« Ce qui s’est produit le 30 juillet dernier à Sinimiae, en Estonie, est un grand scandale international. On sait très bien ce que faisait la 20ème division estonienne SS: elle réalisait les opérations punitives. Un grand camp de concentration dans lequel étaient exterminés, selon les historiens, de 7,5 à 8,5 mille Juifs qui se trouvaient à Kluoga, non loin de Sinimiae. Les Juifs étaient transportés des territoires voisins. En autorisant le rassemblement des vétérans fascistes, l’administration estonienne lance un défi à la Russie et à la communauté mondiale. On assiste à la réanimation du fascisme », a affirmé le député de la Douma d’Etat russe Mikhaïl Michtchenko.


Le ministère des Affaires Etrangères russe indique dans son commentaire qu’un jeu militaro-sportif sous l’appellation « La campagne d’Erna » était fixé aux 3-6 août en Estonie. Ses participants suivront l’itinéraire du groupe de diversion de l’Abver ayant déployé ses activités dans l’arrière-front de l’Armée soviétique en août 1941. Cela traduit une tendance dangereuse, est-il souligné dans le commentaire du ministère.


La propagande des idées fascistes peut déformer l’idéologie et entraîner les tragédies sanglantes comme l’affaire Breivik en Norvège. Anders Breivik fréquentait le site néonazi des plus puissants en Europe.

 

ImprimerE-mail