Opposition à une guerre des Etats-Unis contre l'Iran - résolution de la 20e RIPCO

 

Résolution de la 20e Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers

 

Athènes, 23-25 novembre 2018

 

Opposition à une guerre des États-Unis contre l'Iran

 


Déclaration commune des partis communiste et ouvrier :

 

Nous nous opposons fermement aux sanctions économiques et à l'ingérence des États-Unis en Iran !  Nous soutenons la lutte du peuple iranien pour la paix, la démocratie et la justice sociale !

 

Nous, les partis communistes et ouvriers soussignés, réunis à Athènes, en Grèce, lors de la 20e Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers du 23 au 25 novembre 2018, exprimons notre profonde préoccupation face aux politiques hostiles et irresponsables annoncées par l'administration Trump contre l'Iran en totale violation du droit international et dans l'indifférence de l'opinion publique mondiale.  À la suite du retrait de l'administration américaine de l'accord sur le plan d'action global conjoint avec l'Iran le 8 mai 2018, le président Trump a annoncé des sanctions économiques, bancaires et monétaires paralysantes, y compris un embargo pétrolier, contre l'Iran.

 

L'ONU et l'AIEA ont toutes deux critiqué le retrait des États-Unis du JCPoA, tout en confirmant que la partie iranienne avait rempli toutes ses obligations au titre de l'accord.

 

John Bolton, le conseiller américain pour la sécurité nationale, a été le fer de lance des efforts de l'administration américaine visant à "changer de régime" en Iran. Les actions et les politiques de l'administration américaine à l'égard de l'Iran ont été et continuent d'être coordonnées avec les gouvernements réactionnaires d'Israël et d'Arabie saoudite.

 

Ces mesures pourraient avoir des ramifications dangereuses en Iran et dans l'ensemble du Moyen-Orient, accroître considérablement les tensions et faire peser la menace d'un nouveau conflit dévastateur dans la région. Nous pensons que si le cours actuel des événements n'est pas arrêté et inversé immédiatement, les conséquences seront dévastatrices.

 

Les partis communistes et ouvriers signataires de cette déclaration condamnent fermement toute ingérence directe ou indirecte dans les affaires intérieures de l'Iran, y compris le recours à des sanctions économiques pour forcer le pays à se soumettre.  Nous pensons en outre que ces actions auront un impact désastreux sur la lutte continue du peuple iranien contre la dictature, pour la paix, la souveraineté et la justice sociale, ainsi que pour les droits humains et démocratiques.

 

L'avenir de l'Iran et de son système politique ne devrait être déterminé que par le peuple iranien et par lui seul. Le peuple iranien et ses forces progressistes rejettent fermement toute intervention étrangère dans leur pays sous quelque prétexte que ce soit.

 

Nous appelons toutes les forces militant pour la paix et le désarmement dans le monde à condamner la position de l'administration américaine et de ses alliés, qui est contraire à la Charte des Nations Unies.  Nous nous engageons à appuyer tous les efforts internationaux visant à assurer la paix et à éviter la menace d'une guerre contre l'Iran.  

 


Partis signataires :

 

Parti communiste d'Albanie
Parti algérien pour la démocratie et le socialisme
Parti communiste argentin
Parti communiste d'Australie
Parti des travailleurs d'Autriche
Parti communiste d'Azerbaïdjan
Parti communiste du Bangladesh
Parti communiste de Belgique
Parti communiste de Bolivie
Parti communiste brésilien
Parti communiste du Brésil
Parti communiste de Grande-Bretagne
Nouveau Parti communiste de Grande-Bretagne
Parti communiste de Bulgarie
Parti des communistes bulgares
Parti communiste du Canada
Parti socialiste ouvrier de Croatie
Parti communiste de Cuba
Parti progressiste des travailleurs de Chypre - AKEL
Parti communiste de Bohême et de Moravie
Parti communiste au Danemark
Parti communiste du Danemark
Force de la Révolution, République dominicaine
Parti communiste de l'Équateur
Parti communiste d'Estonie
Parti communiste de Finlande
Parti communiste français
Parti communiste de Macédoine
Parti communiste allemand
Parti communiste unifié de Géorgie
Parti communiste de Grèce
Parti des travailleurs hongrois
Parti communiste d'Inde
Parti communiste d'Inde (marxiste)
Parti Tudeh d'Iran
Parti communiste d'Irak
Parti communiste du Kurdistan-Irak
Parti communiste d'Irlande
Parti des travailleurs d'Irlande
Parti communiste d'Israël
Parti communiste (Italie)
Parti communiste jordanien
Mouvement socialiste du Kazakhstan
Parti des communistes du Kirghizistan
Parti révolutionnaire du peuple laotien
Parti socialiste de Lettonie
Parti communiste libanais
Parti socialiste, Lituanie
Parti communiste luxembourgeois
Parti du Congrès pour l'indépendance de Madagascar (AKFM)
Parti communiste de Malte
Parti communiste du Mexique
Parti communiste népalais
Nouveau Parti communiste des Pays-Bas
Parti communiste de Norvège
Parti communiste du Pakistan
Parti communiste palestinien
Parti du peuple palestinien
Parti communiste paraguayen
Parti communiste de Pologne
Parti communiste portugais
Parti socialiste roumain
Parti communiste de la Fédération de Russie (KPRF)
Parti communiste ouvrier russe - Parti communiste de l'Union soviétique (RCWP-CPSU)
Parti communiste de l'Union soviétique
Union des partis communistes - CPSU
Communistes de Serbie
Nouveau Parti communiste de Yougoslavie
Parti communiste de Slovaquie
Parti communiste sud-africain
Parti communiste d'Espagne
Parti communiste des peuples d'Espagne
Parti communiste du Sri Lanka
Parti communiste soudanais
Parti communiste du Swaziland
Parti communiste de Suède
Parti communiste syrien
Parti communiste de Turquie
Parti du travail (EMEP), Turquie
Parti communiste d'Ukraine
Parti communiste des États-Unis
Parti communiste du Venezuela

 

Retrouvez les autres déclarations de solidarité sur http://www.solidnet.org/meetings-and-statements/imcwp/20th-international-meeting-of-communist-and-workers-parties/

Lire la suite

ImprimerE-mail

Solidarité avec le peuple du Yémen - résolution de la 20e RIPCO

 

Résolution de la 20e Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers

 

Athènes, 23-25 novembre 2018

 

Solidarité avec le peuple du Yémen

 


Nous, qui participons à cette Rencontre internationale des partis communistes et ouvriers, élevons notre voix. Non à la guerre folle au Yémen, non au génocide massif et à la famine de son peuple, et non au massacre des enfants et des civils innocents, perpétré par la réaction arabe menée par l'Arabie saoudite, et avec le plein soutien américain et sioniste. Il était de notre devoir, en tant que PC palestinien, d'exiger ici un appel et que tout le monde le signe - pour arrêter la guerre contre le peuple du Yémen, pour trouver une solution politique, sans recours à la guerre et à l'intervention extérieure, qui est en train de détruire un pays comme le Yémen.

 

Proposée par le Parti communiste palestinien

 


Partis signataires :

    Parti communiste d'Albanie
    Parti communiste argentin
    Parti communiste d'Australie
    Parti communiste du Bangladesh
    Parti communiste de Belgique
    Parti communiste de Bolivie
    Parti communiste brésilien
    Nouveau Parti communiste de Grande-Bretagne
    Parti communiste de Bulgarie
    Parti des communistes bulgares
    Parti communiste du Canada
    Parti communiste de Bohême et de Moravie
    Parti communiste au Danemark
    Force de la Révolution, République dominicaine
    Parti communiste d'Estonie
    Parti communiste de Finlande
    Parti communiste allemand
    Parti communiste unifié de Géorgie
    Parti communiste de Grèce
    Parti des travailleurs hongrois
    Parti communiste d'Irak
    Parti des travailleurs d'Irlande
    Parti communiste d'Irlande
    Parti communiste d'Israël
    Parti communiste jordanien
    Mouvement socialiste du Kazakhstan
    Parti des travailleurs de Corée
    Parti communiste libanais
    Parti communiste luxembourgeois
    Parti communiste de Malte
    Parti communiste népalais
    Nouveau Parti communiste des Pays-Bas
    Parti communiste de Norvège
    Parti communiste du Pakistan
    Parti communiste palestinien
    Parti du peuple palestinien
    Parti communiste paraguayen
    Parti socialiste roumain
    Parti communiste de la Fédération de Russie
    Parti communiste ouvrier russe - Parti communiste de l'Union soviétique (RCWP-CPSU)
    Parti communiste de l'Union soviétique     UCP-CPSU
    Communistes de Serbie
    Parti communiste de Slovaquie
    Parti communiste des peuples d'Espagne
    Parti communiste du Sri Lanka
    Parti communiste du Swaziland
    Parti communiste soudanais
    Parti du travail (EMEP), Turquie
    Parti communiste d'Ukraine
    Parti communiste des États-Unis

 

 

 

Retrouvez les autres déclarations de solidarité sur http://www.solidnet.org/meetings-and-statements/imcwp/20th-international-meeting-of-communist-and-workers-parties/ 

Lire la suite

ImprimerE-mail

Liberté pour nos camarades polonais

Aujourd’hui 7 décembre, commence le nouveau procès de nos camarades du KPP et de son journal Brzask. 

Le PCB réaffirme sa solidarité avec nos camarades polonais. Il dénonce les lois anticommunistes en vigueur, éditées par un des gouvernements les plus réactionnaires. Elles ne sont pas une exception et se font même avec la complicité de l’Union européenne et des états bourgeois. Elles s’inscrivent dans un mouvement mondial, de Bolsonaro au brésil aux demandes du PP franquiste en Espagne d’interdire les partis communistes. En Belgique, la proposition de Culot de parler à l’école des dangers du communisme s’apparente au même mouvement. Dans une période d’augmentation des tensions sociales, ces lois visent à criminaliser les mouvements sociaux, populaires et ouvriers et à casser leur avant-garde révolutionnaire.

Cette répression contre les communistes est la conséquence directe de la montée de l'extrême droite en Europe particulièrement, soutenue par le pouvoir anti démocratique de la Commission européenne et par les USA

La liberté ne s’obtiendra que par la lutte. Le PCB appelle à maintenir la pression sur le gouvernement polonais pour la libération immédiate de nos camarades. 

 

Liège, le 7 décembre 2018

Le bureau politique du Parti Communiste de Belgique

Lire la suite

ImprimerE-mail

Etendre le mouvement des Gilets Jaunes à tous les travailleurs dans une perspective révolutionnaire

Depuis près de trois semaines, des milliers de travailleurs de France et de Belgique prennent part au mouvement des « Gilets jaunes » avec des actions de blocage et des manifestations. La contestation s’est d’abord dirigée contre l’augmentation des taxes, notamment liée aux carburants. Parmi les premières revendications, certaines ont pris un caractère réactionnaire que nous dénonçons, contre certaines prestations sociales et l’impôt (qui permet la redistribution). C’est la conséquence d’un mouvement spontané et désordonné.

Ne pas se tromper d’ennemi

Cependant la prise de conscience toujours plus large de la paupérisation de la majorité des travailleurs, que révèle ce mouvement, a amené de nombreux Gilets Jaunes à porter des revendications majoritairement en faveur du pouvoir d’achat et pour plus de justice sociale et fiscale. L’insuffisance des réactions syndicales et le piège de la « concertation » ont certainement conduit à la situation que nous connaissons aujourd’hui.

Il est en tout cas clair que la colère des travailleurs est tout à fait légitime face à une fiscalité injuste et régressive qu’ils subissent et observent au quotidien. Pendant ce temps, les vrais responsables de la crise que nous vivons bénéficient des largesses de l’État et l’écart entre les plus riches et le reste de la population ne cesse de grandir. Faut-il rappeler les 220 milliards d’euros d’évasion fiscale en 2017 qui ont causé une perte de 60 milliards d’impôts. Cette fiscalité injuste est le fruit d’une politique du gouvernement fédéral (tous partis confondus) depuis des décennies qui favorise le capital, en supprimant des tranches d’impôt progressif, en mettant en place les intérêts notionnels ou en pratiquant plusieurs Déclarations Libératoires Uniques (DLU), tandis que la TVA, la taxe la plus injuste qui puisse exister, a augmenté sur des produits de première nécessité comme l’électricité. De même, le gouvernement de droite MR/N-VA/CD&V et OpenVLD a trompé les travailleurs au moyen du Tax Shift. Grâce à ce mécanisme arnaqueur, il transférait soi-disant les cotisations sociales (qui font partie de notre salaire et ne sont nullement des charges) en salaire poche que nous n’avons jamais vu. Ce gouvernement a en plus exercé un saut d’index, pénalisant les plus pauvres d’entre nous.

Le système capitaliste cherchera toujours à tromper la classe ouvrière en lui promettant des choses qu’il ne donnera jamais et en lui faisant croire qu’elle fait partie des classes moyennes. L’ensemble des travailleurs doivent prendre et prennent conscience qu’ils sont exploités et les « classes moyennes » sont un mythe.

Il est désormais nécessaire que la colère des travailleurs se retourne contre leur vrai ennemi : le capitalisme et contre toutes les institutions impérialistes qui mènent une politique d’agression contre les droits des travailleurs et en particulier contre l’Union Européenne qui sert à coordonner les politiques de la bourgeoisie au niveau européen.

L’extrême-droite a tenté de récupérer cette colère exprimée par les Gilets Jaunes qui doivent nettoyer leurs rangs et la chasser de leur mouvement populaire. Le but de l’infiltration brune, restée minoritaire face à la masse des travailleurs dans le mouvement, visait à discréditer le mouvement et à empêcher un soutien d’une large partie de la population. L’extrême-droite n’est jamais que l’autre face du capitalisme qui sert de repoussoir quand les masses se rebellent.

Le pouvoir prend désormais peur et pousse à la radicalisation du mouvement au moyen de provocations et infiltrations policières pour discréditer le mouvement. Fatale erreur, il oublie que c’est dans les moments de violence que la société a évolué dans le passé et que dans un tas de pays la bourgeoisie a même perdu le pouvoir. La violence observée ces derniers jours n’est évidemment en rien comparable à celle que la classe ouvrière subit : les travailleurs sont excédés par de plus en plus d’exploitation, ce système impitoyable cause des milliers de suicides, de morts par manque de soins ou de chauffage, engendre d’innombrables SDF et répand la misère et la guerre partout dans le monde, sans parler de l’épuisement de la nature par la recherche sans fin du profit maximum. Le PCB se refuse à condamner la « violence » des travailleurs révoltés.

Converger d’urgence

Face à la situation, le Parti Communiste de Belgique appelle à la convergence urgente des luttes, gilets jaunes, gilets rouges, gilets verts et bleus, tous ensemble avec un plan d’actions radicales pour faire reculer les politiques antipopulaires des gouvernements nationaux et de l’Union européenne. Le PCB appelle ainsi les travailleurs à participer activement aux mouvements en cours, aux piquets des Gilets Jaunes, et massivement aux actions syndicales du 14 décembre en poussant à la grève générale interprofessionnelle illimitée et en portant à chaque fois la revendication claire de la nécessité du socialisme, afin que le blocage des rues s'accompagne du blocage du profit capitaliste.

Le PCB appuiera toutes les revendications d'augmentation des salaires et allocations, de revalorisation des pensions, de la reconstruction des Services Publics et d'une remise à niveau de la protection sociale, de création d’un impôt sur la fortune, du rétablissement des tranches d’imposition supprimées par Reynders, et de nationalisation des secteurs clés de l’économie (dont le pétrolier). C’est tous ensemble, employés, précaires, chômeurs, ouvriers, femmes, jeunes et immigrés que nous changerons les choses dans une lutte pour le socialisme qui seul pourra libérer les travailleurs de la servitude.

Le Bureau Politique du PCB

Bruxelles le 3 décembre 2018

Lire la suite

ImprimerE-mail

Hommage à Maurice Magis

Le Bureau Politique du PCB a pris connaissance du décès de M Magis, descendant d'une famille de militants du Parti Communiste du pays noir. Son grand père Alexis participa aux luttes du mouvement ouvrier au sein des Chevaliers du travail. Son père fut conseiller communal, échevin de la culture de Dampremy et conseiller provincial du Hainaut.

Maurice a exercé ses talents journalistiques en tant que rédacteur en chef du Drapeau Rouge du temps de sa parution quotidienne dans la presse d'opinion.

Le Bureau Politique rappelle l'époque où la revue de la presse de la RTBF commentait journellement le Drapeau Rouge et « Les éditos de Maurice Magis » dans lesquels il exprimait son sens de l'analyse et sa connaissance des affaires internationales qu'il affirmait également dans son mandat de porte-parole du Parti.

Au delà de divergences politiques, ce sont ces qualités que le Bureau Politique retient avant tout de Maurice Magis dont le décès ravive le souvenir de tant de militants communistes de grande valeur.

Liège, le 2 décembre 2018. 

Le Bureau Politique du parti Communiste de Belgique.

Lire la suite

ImprimerE-mail

Manifestation pour le climat : position du Parti Communiste de Belgique

La mobilisation de ce dimanche 2 décembre à Bruxelles dans le cadre de manifestation pour le climat révèle une nouvelle fois la prise de conscience populaire de l'enjeu climatique pour l'avenir de l'humanité.

Le PCB considère cependant que l'appel qui se veut rassembleur - claim for the climate - cache les véritables enjeux pour les travailleurs et la population. Il est hors de question pour le PCB que cette manifestation serve de caution au gouvernement MR-N-VA-VLD-CD&V (cf. l'appel de la ministre Marghem) et à l'Union Européenne pour défendre à la COP 24 une position à l'opposé de nos intérêts de classe. De même, nous considérons que la COP 24 sera une nouvelle fois un sommet de bonnes intentions qui camouflera les conflits inter-impérialistes.

Le PCB continuera ainsi à lutter contre les monopoles de l'énergie et exige la fermeture des vieux réacteurs nucléaires. Nous continuons à dénoncer également les politiques d'agression contre les services publics, notamment de transport, par notre gouvernement fédéral depuis des décennies qui suit la politique capitaliste coordonnée au niveau européen. Nous nous opposons aux directives européennes qui liquident le rail belge (frêt et passager), les directives de libéralisation de l'énergie et le TSCG, traité qui impose l'austérité aux travailleurs pour mieux liquider leurs droits et leur faire ensuite porter le poids d'une pseudo transition écologique. Ce n'est pas d'une fiscalité régressive et punitive qui attaque la classe ouvrière dont le peuple a besoin mais d'une politique qui s'attaque aux responsables de la pollution, les entreprises et multinationales qui courent après le profit maximum.

En somme, nous pointons le caractère exploiteur du capitalisme qui épuise deux choses, le travailleur et la nature.

Le PCB estime enfin qu'il est plus que jamais nécessaire de lutter contre l'impérialisme et pour le socialisme et une planification socialiste de l'économie afin de répondre aux enjeux climatiques.

 

Bruxelles, le 2 décembre 2018 

Le Bureau Politique du PCB

Lire la suite

ImprimerE-mail

Appel de la 20e rencontre internationale des Partis Communistes et Ouvriers

La 20e Rencontre internationale des Partis communistes et ouvriers (RIPCO) s'est tenue du 23 au 25 novembre 2018 à Athènes, à l'invitation du KKE, qui célèbre les 100 ans de son parcours historique.

Lors de la rencontre sous le thème de : "La classe ouvrière contemporaine et son alliance. Les tâches de son avant-garde politique - les partis communiste et ouvrier, dans la lutte contre l'exploitation et les guerres impérialistes, pour les droits des travailleurs et des peuples, pour la paix, pour le socialisme ", 90 partis communistes et ouvriers de 73 pays ont participé, représentant tous les continents.

Les représentants des partis ont discuté des évolutions aux niveaux international, régional et national, échangé des idées sur l'expérience acquise de la lutte des partis communistes et ouvriers dans leurs pays, les actions communes et convergentes développées pendant la période précédente, les luttes de classe dans leurs pays, leurs efforts pour promouvoir l'alliance de la classe ouvrière avec d'autres couches populaires et anti-monopolistiques.

Ils ont discuté des tâches pour le renforcement de la lutte communiste, le développement des luttes de la classe ouvrière et des autres couches populaires pour les droits des travailleurs, du peuple, de la jeunesse, en conflit avec les monopoles, le pouvoir du capital et l'exploitation et l'oppression capitalistes.

Les contributions des partis communistes et ouvriers ont mis en évidence le caractère exploiteur, prédateur et inhumain du capitalisme. Il a été noté que les contradictions et la concurrence des États et des alliances capitalistes s'aiguisent de manière multiforme sur le terrain de la crise ou de la croissance capitaliste ; que le processus de réalignement des forces avance au niveau international.

L'ingérence impérialiste, les blocus et les interventions se poursuivent. Il y a encore des guerres en cours, comme en Syrie, au Yémen, en Libye, ainsi qu'en Azerbaïdjan. La guerre fratricide en Ukraine continue sous la responsabilité du régime anti-populaire de Kiev. Les armements militaires et les préparatifs de guerre s'intensifient.

Les partis communistes et ouvriers saluent les luttes des travailleurs et des peuples du monde entier contre l'offensive de l'impérialisme, contre l'occupation, contre toute menace aux droits souverains et à l'indépendance nationale, pour la paix, pour la défense et l'extension des droits sociaux et démocratiques. L'expérience acquise dans de nombreux pays lors des luttes contre les plans et la ligne politique impérialistes des États-Unis, de l'OTAN, de l'UE et de leurs alliés est précieuse.

L'aiguisement des contradictions implique le risque de nouvelles guerres impérialistes, pour le contrôle des ressources productrices de richesses, des marchés et des pipelines d'énergie ; ce risque impose de sérieuses tâches au mouvement ouvrier et aux communistes pour renforcer une large lutte anti-impérialiste pour la paix et le désarmement, l'intensification de la lutte contre la ligne politique des gouvernements bourgeois qui sert la rentabilité du grand capital ainsi que les agressions et guerres impérialistes.

Ces évolutions soulignent que la lutte pour la paix, le désarmement, le respect de la souveraineté populaire, pour la solution des problèmes du peuple et la satisfaction de ses besoins est inextricablement liée à la lutte pour la chute de la barbarie capitaliste, pour le socialisme.

Les partis communistes et ouvriers ont évalué positivement les initiatives prises en 2017 à l'occasion du 100e anniversaire de la Révolution socialiste d'octobre et en 2018 pour le 200e anniversaire de la naissance de Karl Marx, contribuant à la défense de la contribution de l'Union soviétique, du socialisme, qui est la seule issue à l'exploitation capitaliste.

Ils ont réaffirmé leur solidarité internationaliste avec les peuples syrien, palestinien, chypriote ; avec les peuples du Liban, du Soudan, de Cuba socialiste, du Venezuela, du Brésil, de l'Iran, avec tous les peuples confrontés à des attaques et menaces impérialistes.

Ils ont condamné l'anticommunisme et l'atteinte aux droits et libertés démocratiques et ont exprimé leur plein soutien aux communistes persécutés en Pologne, en Ukraine, au Soudan, au Kazakhstan, au Pakistan ainsi qu'aux communistes confrontés à des processus juridiques et politiques en Russie, en Transnistrie et ailleurs.

Il a été souligné qu'en 2019 il y aura plusieurs commémorations importantes comme le 100e anniversaire de la fondation de l'Internationale communiste, les 70 ans de la Révolution chinoise ainsi que les 60 ans de la Révolution cubaine. Ces anniversaires pourraient être utilisés pour renforcer l'internationalisme prolétarien ; pour défendre l'histoire et la contribution du mouvement communiste aux acquis populaires, à la lutte pour le progrès, à l'émancipation sociale des travailleurs et des peuples par opposition à la falsification et à la déformation de la vérité historique et à l'identification du communisme aux atrocités fascistes.

Les partis communistes et ouvriers ont exprimé leur solidarité avec les réfugiés et les immigrés. Ils ont condamné le racisme, les dangereuses forces fascistes d'extrême droite qui découlent du système d'exploitation et qui sont dirigées contre les peuples.

Au cours de la 20e RIPCO, une série de déclarations de solidarité avec la lutte des peuples dans de nombreuses parties du monde ont été publiées.

Les partis communiste et ouvrier appellent au développement d'actions communes et convergentes au cours de la prochaine période selon plusieurs grands axes :

Contre la guerre impérialiste, les interventions et la militarisation.

Actions contre l'OTAN - dont le 70e anniversaire sera le 4 avril 2019 - et l'UE, dont la militarisation se poursuit avec PESCO et d'autres mécanismes. Contre les armes nucléaires et les bases militaires étrangères, en utilisant l'anniversaire de l'holocauste nucléaire à Hiroshima - Nagasaki (les 6 et 9 août) et les 80 ans depuis le début de la Seconde Guerre mondiale (le 1er septembre).

Défendre l'histoire du mouvement communiste et les valeurs de l'internationalisme prolétarien

Manifestations à multiples facettes pour le 100e anniversaire de l'Internationale communiste (le 2 mars), actions contre l'anticommunisme et contre les persécutions et interdictions des partis communistes et ouvriers. Utilisation du 102e anniversaire de la Révolution Socialiste d'Octobre pour mettre en lumière les réalisations du socialisme et approfondir la discussion théorique et l'action pratique contre le capitalisme et son caractère exploiteur, oppressif, agressif, prédateur et inhumain.

Renforcer la solidarité internationaliste avec les peuples en lutte, confrontés à l'occupation, aux menaces et aux interventions impérialistes.

Renforcer la solidarité et la lutte internationalistes en exigeant la fin du blocus américain contre Cuba ainsi que la fin des interventions et menaces contre le Venezuela bolivarien. Soutenir la lutte du peuple palestinien pour la fin de l'occupation et pour l'autodétermination, l'établissement d'un État national indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale, conformément aux résolutions de l'ONU, le soutien à la résistance du peuple palestinien et la condamnation de la politique criminelle d'Israël. Dénoncer les interventions impérialistes dans la péninsule coréenne et exprimer sa solidarité avec le peuple coréen pour une réunification indépendante et pacifique. Exprimer notre solidarité avec les réfugiés et avec tous les peuples confrontés aux occupations, aux interventions et aux blocus de l'impérialisme.

Solidarité de classe multiforme avec les luttes ouvrières pour les droits du travail, sociaux, syndicaux, contre l'offensive du capital.

Développement d'actions de lutte sur les lieux de travail et en particulier à l'occasion de la Journée internationale des travailleurs le 1er mai, en soulignant le rôle d'avant-garde des communistes.

Pour les droits des femmes et l'émancipation

Développement d'actions de lutte le 8 mars, Journée internationale des femmes, pour défendre les droits des femmes et leur pleine égalité au travail et dans la vie.

Lutter pour les libertés politiques et syndicales et pour les droits démocratiques contre les forces fascistes, les régimes réactionnaires, le racisme et la xénophobie, le fanatisme religieux et l'oppression sociale.

Développement d'actions de lutte le jour de la victoire du peuple sur le fascisme-nazisme.

Développement d'actions pour la protection de l'environnement

Les participants ont remercié le Parti communiste de Grèce d'avoir accueilli avec succès cette rencontre.

 

 

Retrouvez les contributions des partis participants et les communiqués conjoints sur http://solidnet.org/meetings-and-statements/imcwp/20th-international-meeting-of-communist-and-workers-parties/

Lire la suite

ImprimerE-mail