Algérie : le peuple se lève contre le régime

Sous la pression populaire qui dure depuis plusieurs semaines, Abdelaziz Bouteflika a dû démissionner de son poste de président le 2 avril 2019 alors qu’il voulait se présenter pour un 5e mandat à la tête du pays. La mobilisation de la classe laborieuse contre le régime ne s’est pas pour autant interrompue.

La passation de pouvoir le mardi 9 avril au président intérimaire à Adbelkader Bensalah ne répond en rien aux aspirations populaires. Ce représentant du régime organise même la répression envers les manifestations pacifiques.

Les réponses aux intérêts des travailleurs et travailleuses algériens ne se trouvent clairement pas dans les mains d’un sauveur suprême mais dans le développement de la lutte contre la bourgeoisie, nationale comme étrangère, qui vit de la rente pétrolière et gazière. La Belgique importait jusqu’à il y a peu près de 20% de son gaz d’Algérie, avant de se tourner vers d’autres pays.

Travailleurs algériens, belges, nous avons les mêmes intérêts de classe. Nous sommes confrontés au même système qui nous exploite. En Belgique, on compte près de 18000 algériens, en majorité originaires de Kabylie, la région d’Algérie la plus touchée par l’explosion du chômage et la misère qui poussent de nombreux jeunes à émigrer.

Le Parti Communiste de Belgique soutient la lutte du peuple algérien contre le régime corrompu et est solidaire avec ses frères du PADS (Parti algérien pour la Démocratie et le socialisme - Parti des Communistes d'Algérie).

Ni bourgeoisie nationale, ni bourgeoisie étrangère, soutien à la lutte pour une Algérie populaire, démocratique et socialiste !

 

Le BP du PCB

Le 10 avril 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Imprimer