Nouveau massacre de l'emploi chez proximus

Publié dans Syndicalisme

 

1341 emplois vont passer à la trappe, que ce soit en « départs naturels » ou en licenciements, ce seront des emplois perdus, des emplois ou des jeunes ne pourront pas remplacer les anciens. Comme d'habitude, les nouvelles technologies et « les clients qui en veulent » sont invoqués pour essentiellement supprimer des emplois pour augmenter les dividendes des actionnaires.
Les clients, au lieu d'aller dans une boutique parler à des êtres humains pour avoir des conseils et choisir de visu leur matériel, devront passer par une plateforme numérique.

 

La direction a « outrepassé » la « concertation sociale » et utilise une clause créée en 1991 par le gouvernement  Martens IX à participation CVP-PS-SP-PSC qui prévoit que si un Conseil d'administration obtient 2/3 des voix, la mesure patronale passe ! A savoir que sur 13 administrateurs il y a 8 « indépendants » et 5 « politiques », dont l'ineffable Stefaan De Clerck (CD&V)et le sombre Karel De Gucht (Open-VLD).

 

La direction de Proximus dit qu'elle a amélioré le plan de transformation (terme en novlangue pour désigner un licenciement massif) et que la clause de sécurité d'emploi a été prolongée jusqu'au 1er janvier 2022. Dans les jours et semaines à venir, la priorité est maintenant, précise la direction de l’entreprise, « d'accompagner et de soutenir l’ensemble des collaborateurs impactés ». C'est le sommet du cynisme : les travailleurs sont jetés dehors et envoyés chez un psychologue pour absorber le coup !

 

Les travailleurs sont contre ce plan de licenciement, alors au lieu de prêcher « le moindre mal », la meilleure chose à faire est de faire des assemblées générales, de lancer une grève au finish avec occupation des locaux. Alors le nouveau PDG Français, Guillaume Boutin, qui se déclare créatif et ambitieux, cool car en basquets, qui se déclare inflexible pour son plan de licenciements, M. Boutin apprendra que la lutte de classe menée par des travailleurs unis et déterminés c'est autre chose qu'un Conseil d'administration à sa botte !

 

Le Parti Communiste de Belgique soutient la lutte des travailleurs de Proximus !

 

Le 10 décembre 2019

Bureau politique du PCB-CPB

 

Imprimer